Renaud Emond, l'arrivée du Phénix.
Renaud Emond, l'arrivée du Phénix.
L'équipe Première / Mercato
Renaud Emond, l'arrivée du Phénix.
Son premier but a été fêté contre l'Olympique Lyonnais en Coupe de France récemment, déployant ses bras dans sa célébration pour imiter cet oiseau légendaire, c'est le surnom qui lui est attribué en Belgique. Revenant régulièrement de loin, il espère prendre son envol pour de bon du côté de l'hexagone. Présentation de celui qui aura la lourde charge de s'imposer à un poste qui pose question du côté du FC Nantes.
Maxime Thomas
22 janvier 2020

    Une première titularisation qui ne tarda pas, après une vingtaine de minutes jouées en championnat face à Saint-Etienne, face à l'OL en Coupe. Le natif de Virton en Belgique, où il fut formé au même titre que Meunier, dans un club dirigé par son père, n'a pas tardé à s'exprimer à la pointe de l'attaque nantaise. Et son premier but atteste d'une de ses principales qualités : "il est très fort de la tête" affirme Yanik FARKAS, grand suiveur du championnat belge. "Techniquement il reste très limité. En Belgique nous étions assez étonnés de le voir aller à Nantes" poursuit-il avant de le comparer à "Olivier Giroud en moindre mesure bien évidemment, il faut aimer ce style". 

Un joueur made in Mogi Bayat

 

A 28 ans, jamais sélectionné chez les Diables Rouges, son montant avait tendance à étonner, mais le marché des transferts devient de plus en plus coûteux pour les clubs. Contre une somme de 4 millions d'euros, le Standard, en grand besoin d'apport financier, se voyait mal refuser une offre pour un joueur désireux de découvrir un grand championnat européen. A la baguette, le célèbre agent de joueur Mogi Bayat, régulièrement impliqué dans les transferts belges et ceux du FC Nantes (Lafont, Kayembe, Appiah...) où nous pouvons même lui donner un presque rôle de directeur sportif chez l'octuple champion de France. "Les Nantais en ont un peu marre des joueurs Bayat, mais lui n'était pas lié à Mogi avant ce transfert", affirme Jordan HORWOOD, journaliste pour le site belge Walfoot et suiveur du Standard de Liège, lieu de provenance du nouvel attaquant canari. "Je ne suis pas dans la case des fans du joueur, mais avant tout, il faut mettre en avant que la personne est top. Une mentalité irréprochable. Mis à l'écart par certains coaches, il a travaillé sans broncher et a fini par revenir pour marquer de nombreux buts." 

Des débuts prometteurs

 

C'est après un passage plutôt prolifique au club de Waasland-Beveren qui lui permet de rejoindre l'un des grands clubs du championat de Jupiler Pro League, le Standard, que les choses se sont un peu compliquées. Non épargné par les blessures notamment, ses deux premières saisons peinent à atteindre la vingtaine de matches. La troisième est cependant plus conséquente : en effet, le "Phénix" s'impose comme l'attaquant type du club et inscrit 15 buts en 34 matches toutes compétitions confondues. En 2018-2019, c'est la découverte des deux célèbres coupes d'Europe, la Ligue des Champions et l'Europa League, où il y inscrit notamment un but fantastique de l'extérieur de la surface. Mais l'essentiel de ses buts restent des gestes d'attaquant, un vrai renard des surfaces qui ne réfléchit que très peu avant de tirer. "C'est un joueur de rectangle, qui a un vrai flair pour savoir où se placer. Niveau finition, ça dépend des moments. En confiance, il empile, mais est capable d'en gâcher pas mal. Il s'est cependant pas mal amélioré dans le jeu hors rectangle" continue Jordan. Il reste également un joueur étonnament polyvalent malgré son statut de renard de surface : "il est parfois utilisé sur le flanc droit, c'est un gros bosseur."

Des envies d'Europe, et de Diables Rouges ?

 

Son début de saison 2019-2020 reste très bon, définitivement imposé comme l'attaquant titulaire du Standard, il inscrit 7 buts en 14 matches avec notamment un coéquipier connu de tous, un certain Anthony Limbombe revenu également cet hiver au FC Nantes. Apprécié des supporters pour son implication sur le terrain, - joueur qui court beaucoup et qui se bat jusqu'à la dernière minute - l'offre nantaise arrivée sur la table était cependant difficilement repoussable par les dirigeants belges. Si bien que le transfert s'est fait plutôt rapidement, avec Bayat en intermédiaire. "Le joueur avait des envies d'ailleurs, il ne l'a pas caché, il voulait découvrir quelque chose de nouveau et, pourquoi pas, connaître sa première sélection en Belgique" nous informe un journaliste belge souhaitant rester anonyme.

Son arrivée et intégration au club s'est également très bien passée, comme il l'affirme à Ouest-France avant et après le match de Coupe de France. Est-ce étonnant pour un joueur qui connaît le tiers de l'effectif ? En effet, son parcours en Belgique lui a permi d'affronter notamment Appiah, Benavente, Simon, Coulibaly ou encore de côtoyer un certain Limbombe avec le Standard. Christian Gourcuff n'a pas tardé à louer ses qualités après sa performance face à l'Olympique Lyonnais : "Renaud a montré des qualités. Il a fait preuve d'abnégation et de pressing, est très actif et très intéressant dans le jeu collectif"

De son côté, le FC Nantes reste une des pires attaques du championnat, justifiant également cet investissement qui ressemble beaucoup à celui de Coulibaly qui, il y a quelques saisons, avait également rejoint le club pour la même somme et qui, aujourd'hui, est critiqué pour un sens du but qui laisse à désirer pour les supporters. Sa blessure est-elle arrivée au mauvais moment pour l'attaquant malien ? Renaud Emond, après une performance plutôt convaincante en coupe, pourrait rapidement lui passer devant dans la hiérarchie de Christian Gourcuff....