Que sont-ils devenus ? Episode V - Rémy Riou
Que sont-ils devenus ? Episode V - Rémy Riou
L'équipe Première
Que sont-ils devenus ? Episode V - Rémy Riou
Gardien titulaire des buts nantais de 2012 à 2016, Rémy Riou était devenu un élément incontournable du vestiaire nantais, participant à la remontée de 2013. Il quitte le club non sans regrets en 2016, en ayant le sentiment d’être “indésirable”. Depuis, il a enchaîné deux saisons difficiles. D’abord à Alanyaspor en Turquie, puis au Sporting Charleroi, en Belgique. Revenu en France, en Ligue 2 cet été à Caen, l’ex-Nantais a retrouvé des couleurs et s’est d’ores et déjà imposé comme une valeur sûre.
Max Drodelot
29 novembre 2019

À Nantes, un cadre devenu indésirable

Formé à Lyon, Rémy Riou s’engage au FC Nantes, alors en Ligue 2, lors de l’été 2012. Le portier arrive en provenance de Toulouse, où il n’a pas réussi à s’imposer devant les bonnes performances du jeune Ali Ahamada. Et c’est finalement sur les bords de l’Erdre que le gardien va s’imposer comme une valeur sûre. Gardien titulaire devant le prometteur Maxime Dupé, Riou participe grandement à la remontée du club en Ligue 1. Beaucoup de supporters se rappellent encore aujourd’hui son penalty arrêté à Caen lors de la 36ème journée (0-1), permettant à Nantes de s’offrir une chance de remonter en Ligue 1 lors du match suivant face à Sedan à la Beaujoire. Et la suite, on la connaît…  En Ligue 1, Riou devient un des cadres du vestiaire. Lors de la saison 2015-2016, il est même choisi par Michel Der Zakarian pour être capitaine suite au départ d’Olivier Veigneau. Mais le gardien quitte Nantes pendant l’été 2017, suite à une saison mitigée sous les ordres de Sergio Conceiçao, qui lui préfère Maxime Dupé par moments. Le portier a le sentiment d’être devenu indésirable et regrette le “manque de franchise” du FC Nantes. En tout, Rémy Riou a disputé 166 matchs sous le maillot nantais, devenant le cinquième gardien le plus capé du club, derrière Daniel Eon (229 matchs), David Marraud (281 matchs), Mickaël Landreau (421 matchs) et Jean-Paul Bertrand-Demanes (650 matchs).

Pas de réussite en Turquie...

Libre, le portier quitte pour la première fois la France et s’envole pour la Turquie, à Alanyaspor, où il s’engage pour trois ans. Mais le Français est utilisé comme second gardien, derrière Haydar Yilmaz, au club depuis 2013. Riou joue en tout onze matchs, neuf en championnat et deux en coupe. Il profite notamment des blessures de Yilmaz pour gagner du temps de jeu en championnat. Lors d’une rencontre remportée 4-1 face à Genclerbirligi, il distribue même une passe décisive pour l’avant-centre Vagner Love sur un dégagement de 80 mètres. Mais le portier ne joue plus aucun match à partir de février 2018 et doit même s’entraîner en marge du groupe professionnel. Dans une interview accordée à L'Équipe en mai, il confie que sa situation est “dure moralement”. Mais l’ex-Nantais ne désespère pas : “J’ai 30 ans, c’est jeune pour un gardien, je me sens au top”. Devant son manque de temps de jeu et ses difficultés d’adaptation, Riou résilie son contrat à la fin de la saison et quitte le club, mais reconnaît avoir été une nouvelle fois “poussé vers la sortie”.

… ni en Belgique

Rémy Riou retrouve un environnement francophone et signe au SC Charleroi en août 2018 afin de se relancer. Son transfert est notamment géré par l’administrateur délégué du club belge, Mehdi Bayat, qui n’est autre que le frère de… Mogi Bayat, l’agent bien connu de la Maison Jaune. Le portier s’engage pour deux saisons et a pour tâche de remplacer le gardien titulaire habituel, Nicolas Penneteau. Passé par la Ligue 1, l’ancien gardien de Valenciennes est blessé au ménisque depuis février 2018. Rémy Riou en profite donc pour débuter dans les cages des “Zèbres” et dispute deux matchs en août avant d’assister au retour de Penneteau et de devoir retourner sur le banc. Il dispute tout de même six matchs des play-offs de la seconde partie de tableau, et notamment la finale, perdue 3-2 contre le Royal Antwerp. 

Renouveau en Ligue 2

À la peine en Belgique, Riou est retourné en France à la fin de la saison et s’est engagé cet été à Caen, alors tout juste relégué en Ligue 2. En Normandie, Riou arrive comme le remplaçant de Brice Samba, parti à Nottingham Forest, et y a retrouvé d’anciens Nantais. Outre son vieux coéquipier en Ligue 2, Yohann Eudeline, devenu directeur sportif du club, sa doublure n’est autre que l’ancien Canari : Erwin Zelazny. La Ligue 2 semble encore une fois bien réussir à l’ex-Nantais qui a déjà joué treize matchs cette saison sous le maillot caennais. Riou s’est montré en forme et a réalisé un très bon début de saison, en brillant notamment à Ajaccio (troisième journée, 1-2) puis face à Chambly (quatrième journée, 0-0). Du haut de ses 32 ans, il est rapidement devenu un cadre du vestiaire et semble très enthousiasmé par le projet caennais qu’il qualifie comme un “super projet de reconstruction”, et en fait la raison principale de sa venue dans les terres normandes. Une chose est sûre, Riou n’a pas envie de finir sa saison en Ligue 2. Et qui de mieux placé qu’un expert en remontée pour guider le SM Caen en Ligue 1 ?