Nantes trop juste à Paris
Nantes trop juste à Paris
L'équipe Première
Nantes trop juste à Paris
Les hommes de Christian Gourcuff, pourtant bien en place défensivement et dangereux sur contres, ont concédé leur 7ème défaite de la saison sur la pelouse du Parc des Princes en s’inclinant 2-0. Malgré une première période réussie, les Nantais ont craqué deux fois après la pause. Une première fois sur une madjer de Kylian Mbappé puis une seconde sur penalty suite à un gros cafouillage entre Pallois et Lafont, jusque là pourtant irréprochables. Les Nantais ont néanmoins montré de belles choses et n’ont pas à rougir de leur prestation.
Max Drodelot
05 December 2019

On va faire un bon déplacement à Paris, prendre des points et avancer”, prévenait Nicolas Pallois, désigné capitaine pour le match suite à l’absence de dernière minute d’Abdoulaye Touré. Et, avec la compo offensive établie par Christian Gourcuff, il y avait des raisons pour y croire. Youan palliait l’absence de Coulibaly en pointe et était soutenu par un trio Simon-Blas-Bamba. Système qui pouvait se modifier facilement en 4-4-2 avec Blas aux côtés de Youan. Au milieu de terrain c’était la paire Abeid-Louza qui était alignée. Pas question de mettre le bus, Nantes allait pleinement tenter sa chance. Après leur victoire face à Toulouse lors de la dernière journée (2-1), qui leur avait permis de réintégrer le top 6, les Nantais se présentaient donc décomplexés face à un PSG qui restait sur 2 victoires d’affilée en Ligue 1, à Brest (1-2) puis face à Lille (2-0.) Des Parisiens qui dominent sans équivoque le championnat avec 12 victoires et 3 défaites. A domicile, les joueurs de Thomas Tuchel ne sont inclinés qu’une seule fois, face à Reims (0-2, 7ème journée) et ont marqué 18 buts en 7 rencontres. Avec un trio offensif inédit Neymar-Mbappé-Di Maria, Nantes pouvait se faire du souci mais a finalement livré une bonne prestation face aux joueurs de la capitale.

Nantes malmène Paris en première mi-temps...

Bien organisés tactiquement et solides défensivement, les Nantais gênent beaucoup les Parisiens lors de la première mi-temps. À l’image notamment de l’intenable Bamba, qui s’offre le luxe d’une magnifique roulette sur Draxler afin de ressortir un ballon brûlant. Ce sont même les Canaris qui se procurent les premières occasions. Mehdi Abeid, servi en retrait par Bamba n’arrive pas à accrocher le cadre (25’) et Blas oblige Navas quelques minutes plus tard à la parade sur une frappe vicieuse à ras de terre de l’entrée de la surface de réparation (29’.) Paris accélère en fin de première mi-temps et Neymar croit ouvrir le score sur un corner mal renvoyé à la 42e minute. Mais la VAR intervient et l'arbitre Amaury Delerue annule le but suite à un pied haut de Draxler sur Louza lors du corner. Les Parisiens ne veulent pas en rester là et Neymar, bien servi par Marquinhos, doit buter sur Lafont, auteur d’une sortie impeccable (45’+2¨.) Nantes peut alors souffler et rentre aux vestiaires en tenant tête au PSG. 

... mais cède en seconde période

Mais le début de seconde période est plus compliqué pour les Jaunes et Verts qui concèdent plusieurs occasions. Lafont doit s’employer face à Mbappé (50’) mais s’incline deux minutes plus tard sur une superbe talonnade du jeune Français. Il fallait bien un coup de génie pour faire craquer la défense nantaise. Malgré leur avance, les Parisiens se relâchent et Nantes en profite pour essayer de revenir au score. Suite à un joli mouvement nantais, Louza est trouvé par Simon dans la surface de réparation à gauche du but mais sa frappe est repoussée par Navas (59'.) L’égalisation n’était pas passée loin… Devant la passivité des Parisiens, les Canaris continuent d’y croire et quelques minutes plus tard, c’est Appiah qui tente sa chance à droite de la surface. Juste à côté. Les Nantais poussent et se procurent plusieurs corners, sans succès. Youan, trop timide, avait cédé sa place auparavant pour Moutoussamy, permettant ainsi à Simon d’évoluer en pointe et de perturber l’arrière-garde parisienne.

Mais les joueurs de la capitale profitent des espaces laissés par les Nantais et il faut une nouvelle belle parade de Lafont face à Neymar afin de maintenir le FC Nantes à flots (71'.) Et alors que la défense nantaise était jusqu’à présent irréprochable, Lafont rate complètement son dégagement sur une remise anodine. Le ballon revient sur Pallois qui rejoue de la tête pour son gardien mais Lafont rate sa sortie et percute Icardi qui venait de le devancer. Penalty logique. Neymar doit s’y prendre à deux fois pour le transformer, l’arbitre demandant au Brésilien de retirer son premier tir au but suite à la présence de joueurs dans la surface. Une situation gag qui plombe totalement les Canaris et est bien représentatrice des problèmes de concentration de la défense jaune et verte. Bien aidé par les Nantais, Paris se met donc à l’abri à dix minutes de la fin du match. Mais les joueurs de Christian Gourcuff n’abdiquent pas pour autant et Navas doit une nouvelle fois s’employer afin de repousser le tir de 20 mètres d’Abeid (90’+2.) Le gardien du PSG est intraitable et sort une parade exceptionnelle lors d’un corner en repoussant la tête de Pallois sur la transversale (90’+3.) Comme face à Saint-Etienne, la barre empêche une nouvelle fois le défenseur de marquer. Edinson Cavani aura l’occasion d’enfoncer le clou à la toute fin du match mais rate complètement son tir face au but vide (90’+3.) Nantes s’incline pour la douzième fois d’affilée au Parc mais n’a pas à rougir de sa performance. 

De bonne augure pour la suite ?

Si les Nantais ont malgré tout rassuré au niveau du jeu, ils devront tout faire pour prendre des points dimanche face à Dijon (17h.) En effet, avec leur défaite au Parc, les Canaris sont descendus à la 9e place. Et si ils ne sont qu’à 3 points de la 3e place, ils sont aussi à une victoire de la 14e. Il faudra donc impérativement prendre des points si les joueurs de Christian Gourcuff veulent retrouver le top 6 et s’installer durablement en première partie de tableau. Avec les réceptions de Dijon et d’Angers, ainsi qu’un déplacement entre les deux à Nîmes, le calendrier semble abordable mais il faudra tout de même rester sérieux et arrêter les sautes de concentration en défense.