Metz - Nantes (2-0) : La Ligue 2, c'est droit devant
L'équipe Première
Metz - Nantes (2-0) : La Ligue 2, c'est droit devant
Max Drodelot | 24/01/2021

Défaits à Metz 2-0 et auteurs d’une prestation très inquiétante, les Nantais s’enfoncent d'un point de vue comptable. Toujours sujets aux même difficultés, les Canaris n’ont pas cadré une seule frappe cet après-midi. Domenech essuie ainsi sa première défaite sur le banc nantais.

La saison 2020-2021 du FC Nantes est d’ores-et-déjà historique. Voilà maintenant douze... oui douze matchs que les nantais n’ont plus gagné ! La pire série de l’histoire du club. Inoffensifs en attaque et naïfs en défense, les Canaris ont donné la victoire au FC Metz.

Les Grenats, eux, restaient sur une dynamique diamétralement opposée : une seule défaite sur les sept derniers matchs. Les messins se présentaient donc face aux Canaris en pleine confiance et notamment suite à leur victoire sur le terrain de L’Olympique Lyonnais 1-0 lors de la dernière journée. 

Blessé juste avant le match, Imran Louza a cédé sa place de titulaire à Ludovic Blas qui devait débuter une nouvelle fois sur le banc. Charles Traoré de retour de suspension a lui aussi fait son retour dans l’équipe. À part ces deux changements, Domenech a aligné le même onze que lors du match face à Lens (1-1) comptant pour la dernière journée de Ligue 1.

 

Metz devant grâce à un cadeau nantais

Comme à son accoutumée, le bloc nantais version Domenech laisse le ballon à l'adversaire lors des premières minutes, sans que ceux-ci se montrent forcément dangereux. Mais aucune des deux attaques, trop imprécises, ne prend le pas sur la défense adverse. Vingt minutes passent et rien ne bouge. Seules les coupures incessantes de Téléfoot amènent un peu d'action au match. Les Canaris tentent, mais échouent sans cesse dans la dernière passe, comme lors de leurs dernières sorties. Et côté messin, ce n'est pas mieux. On doit bien reconnaître une chose au FCN de Domenech, c'est qu'il arrive à faire déjouer les autres équipes… comme la sienne. 

Il faut attendre la demi-heure de jeu pour relever la première occasion du match. Coco centre depuis la droite sur Coulibaly, qui remet dos au but de la poitrine sur Blas. Le numéro 10 tente la reprise de volée à dans la surface de réparation mais expédie le ballon dans les tribunes de Saint-Symphorien (31'). Metz répond une minute plus tard. Le jeune milieu de terrain Pape Matar Sarr tente une frappe à ras de terre aux abords de la surface de réparation et oblige Lafont à arrêter le ballon en deux temps (32'). Il suffisait de ces deux occasions pour réveiller les messins. Boulaya trouve d'une très belle passe piquée Leya Iseka qui s'échappe derrière Girotto et Pallois. L'attaquant messin devance la sortie de Lafont et lobe le portier nantais (1-0 35'). Déjà buteur au match aller sur pénalty, Leya Iseka récidive et punit l'arrière-garde nantaise, bien trop passive du début à la fin de l'action. En face, pas de réaction pour les Nantais qui finissent la première mi-temps sans idées ni envie. Le Leitmotiv de ces derniers mois. Àla pause, Metz mène sans briller et bien aidé par une grossière erreur de la défense nantaise. 

 

L’attaque nantaise encore et toujours à la peine

Juste avant le début de la seconde mi-temps, Domenech effectue son premier changement. Kolo Muani laisse sa place à Simon, qui effectue son retour de blessure. Les Nantais sont un peu plus mordants et pensent même égaliser sur coup franc lors que Pallois devance la sortie d’Oukidja et pousse la ballon dans les filets. La joie est de courte durée côté nantais puisque le défenseur central est signalé hors jeu. Le ton est néanmoins donné et les Canaris gagnent peu à peu en confiance. Corchia adresse ensuite un bon centre pour Blas au second poteau qui tente de le reprendre d’une reprise acrobatique mais rate de peu le ballon. Metz évolue maintenant en contres et tente d’exploiter au mieux les espaces nantais. Udol réussit à s’infiltrer dans la gauche de la surface après une succession de dribbles mais sa frappe en angle fermé est stoppée en deux temps par Lafont (60’). 

Le temps passe et finalement le ballon circule dans les rangs nantais sans créativité. Les Canaris pensent tout de même revenir dans la partie lorsque Coulibaly est crocheté par Kouyaté dans la surface. Le géant malien s’écroule, l’arbitre siffle... mais pour le signaler hors-jeu, à juste titre. (70’). Nantes tente de pousser à l’approche de la fin du match et suite à un cafouillage dans la surface messine, Simon est trouvé sur le côté gauche mais sa frappe finit dans le petit filet d’Oukidja (78’). Et c’est à peu près tout ce que les Nantais offriront jusqu’à la fin du match.  Au contraire des messins qui vont porter le coup de couteau assassin en toute fin de rencontre. Sur un ultime contre grenat, Boulaya à bout de souffle, récupère le ballon à vingt mètres des cages nantaises, se présente à l’entrée de la surface et glisse astucieusement le ballon à droite de Lafont (2-0, 90’+4). Fin du match et nouvelle défaite pour des nantais, qui auront une nouvelle fois manqué de tout.

 

Les matchs se suivent et se ressemblent pour le FC Nantes. L’arrivée de Domenech sur le banc nantais n’a rien changé et la situation se fait de plus en plus pressante. Dix-septième, Nantes est relégué à 6 points de Strasbourg, 15ème, et ne compte que trois points d’avance sur Dijon et Nîmes qui ont tout deux un match en retard à jouer. La réception d’un AS Monaco en grande forme dimanche prochain (21h), s’annonce extrêmement difficile.