Lille-Nantes (2-1): Nantes perd Marcus Coco et offre deux buts au LOSC.
Lille-Nantes (2-1): Nantes perd Marcus Coco et offre deux buts au LOSC.
L'équipe Première
Lille-Nantes (2-1): Nantes perd Marcus Coco et offre deux buts au LOSC.
Face au LOSC et pour lancer sa saison 2019-2020, le FC Nantes devait essayer de se mettre en ordre de marche après une semaine compliquée. Bien que défaits, les canaris ont montré des choses intéressantes. Mais le match restera marqué par la blessure en début de rencontre de Marcus Coco, dont la saison est probablement déjà terminée.
Tancréde Adnot
11 August 2019

Compositions : 

Nantes : Lafont-Fabio-Lima-Pallois-Traoré (Bamba)-Wague-Coco (Moutoussamy)-Girotto-Rongier (c)-Touré-Coulibaly

Lille : Maignan-Bradaric-Celik-Djalo-Fonte-André-Bamba-Soumaré (Mandava)-Ikoné (Yazici)-Osimhen-Weah(Maia)

Buts : Osimhen (19e - 81e) et Celik (CSC - 51e).

Echauffement dans un décor de circonstances  

Les lillois ont dû faire face à plusieurs départs marquants dans leur effectif, Pepe en tête, alors que le groupe nantais est un peu plus stable et se connait mieux. Mais évidemment, le FCN sort d’une semaine très étrange avec l’attente interminable de la nomination de son nouvel entraineur, Christian Gourcuff. Celui-ci est là bien sûr, mais il laisse Patrick Collot, son adjoint faire la supervision de l’échauffement et prononcer un discours motivant au groupe qui s’est montré réceptif. Le nouvel entraineur nantais a préféré rester discret et observateur avant de prendre les commandes de son banc.  

Entame de match maudite : Nantes perd Marcus Coco

Dans un Stade Pierre Mauroy peu garni en ce dimanche après-midi, ce sont les lillois qui vont aller de l’avant les premiers. Les nordistes parviennent à faire circuler la balle devant la surface nantaise, mais on remarque une belle agressivité défensive. Les nantais eux, se cherchent évidemment.

Mais à la 11e minute, alors que les canaris montraient quelques initiatives intéressantes, Marcus Coco, tant attendu, et au milieu des débats de l’été, qui avait tout à prouver, se lance à toute vitesse sur le côté droit. Sauf qu’il se prend un peu les pieds dans ceux de son adversaire direct lillois, et la jambe droite plie vers l’arrière ! L’image est difficile à voir et Coco sort sur civière. Christian Gourcuff comprend que son joueur est perdu et appelle Moutoussamy pour le remplacer.

Nantes de moins en moins à l’aise et Lille en profite

Les deux instants de doute provoqués par les blessures de Coco mais aussi de Girotto qui sort quelques secondes après un coup au genou, mettent les nantais dans le doute. Sur une perte de balle dans la zone lilloise, Osimhen est lancé sur un ballon aérien, contrôle bien sa balle de la poitrine et s’échappe vers le but devant Wagué. Mais il pousse la gonfle un peu loin sur sa deuxième touche de balle. C’est l’occasion pour Lafont de sortir dans ses pieds…ce qu’il ne fait pas. Punition immédiate car le portier nantais laisse un gros espace à sa droite, là ou Osimhen mettra le ballon au fond du filet d’un simple plat du pied : 1-0 pour Lille (21e).

Lille serein, manque de doubler la mise

Nantes est sonné. Quelques secondes après la remise en jeu, Ikoné provoque à son tour la confusion devant le but nantais. Les jaunes et verts cherchent à se ressaisir sur les coups de pieds arrêtés : un très bon coup-franc de Lima force le portier lillois Mike Maignan à s’employer, sa frappe fonçait en lucarne. Mais Lima ratera les trois corners qui s’en suivront, ne visant que le premier poteau à chaque fois.

Les nordistes eux, trouvent de plus en plus facilement des espaces devant la surface : Celik vise un peu haut sur une frappe. Bradaric manque également un plat du pied facile, après une passe bien sentie de Thimoty Weah. Traoré donne lui-même un ballon aux lillois, ouvrant la contre-attaque qui force Pallois à intervenir. La mi-temps arrive à point nommé, car soyons honnêtes : Lille s’amuse.

La chance remet les canaris sur les rails

De retour des vestiaires, Nantes montre un peu plus d’entrain. Et c’est un coup du sort qui va les remettre dans le match. Après quelques passes bien enchainées, et bien qu’il marche sur le pied de José Fonte qui chute, Kalifa Coulibaly se faufile côté gauche, il trouve Abdoulaye Touré en retrait, mais l’angle est bouché. Touré met alors à son tour en retrait pour Girotto qui frappe hors cadre, mais la balle rebondit sur le bout du pied de Celik et prend à contrepied Maignan qui avait suivi le départ de frappe. Nantes égalise : 1-1 (51e).

Les canaris sont libérés et décomplexés ! Touré a une nouvelle balle en tête de surface mais tire loin au-dessus, puis Coulibaly force Maignan à détourner sa frappe en corner. Corner que Wagué manque de peu pour doubler la mise ! Les canaris sont aussi très sérieux défensivement et attaquent avec rapidité vers le but, obtiennent des corners, Lille est dans les cordes ! Coulibaly, soudainement lancé vers le but avec Touré et Moutoussamy contre un seul défenseur lillois, tarde à lancer Moutoussamy sur la gauche qui avait pourtant un boulevard ! Celui-ci est servi trop tard et Maignan bouche l’angle de son tir.

Lille profite des erreurs nantaises

Les dogues se ressaisissent et manquent de très peu une occasion en or avec ce coup franc habilement obtenu par Osimhen et très bien placé que Yazici ne rate que de quelques centimètres ! Lafont peut souffler…quelques secondes seulement.

Alors que Lima veut sauver un corner, il renvoie sur un lillois qui centre directement. Pallois rate la balle et Osimhen, encore lui, s’échappe vers le but, et encore une fois, Lafont ne quitte pas sa ligne, Osimhen frappe en force et le ballon passe. 2-1 pour Lille (80e). Lafont, encore, après avoir repoussé une frappe de Jonathan Bamba, hésite fortement à se saisir du ballon pourtant devant lui et laisse Fabio sans communication qui finit par dégager avec difficulté. On en restera là : 2-1 pour Lille.

Quels enseignements ?

Clairement, il est difficile de savoir quoi retenir d’un tel match dans un contexte si particulier. Nantes devait évidemment faire des « tests » cet après-midi. On peut se féliciter d’avoir vu de l’intensité, de l’engagement, et des opportunités sur les coups de pieds arrêtés. La mentalité affichée en début de première mi-temps, puis en seconde mi-temps, est très bon signe. Mais la faiblesse offensive saute aux yeux, la fébrilité de Lafont interpelle, et Lille a eu presque carte blanche pour la circulation de balle pendant de longues minutes.

En somme, en première mi-temps, Nantes a été inoffensif et trop gentil, mais il était aussi difficile de trop en demander pour ce départ. En seconde mi-temps en revanche, Nantes fut audacieux, porté vers l’avant, mais trop naïf et laxiste, offrant le but aux lillois et terminant le match comme la première mi-temps : inoffensifs et reculés.  

On a aimé :

Pallois taille patron. Nicolas Pallois a été partout en défense et a sauvé les canaris à plusieurs reprises. Autorité, intelligence et présence rassurante. Il est incontournable derrière.

Le jeu à la Gourcuff ? Certaines séquences de jeu offensives, animées, rapides, si elles venaient à se répéter à l’avenir, sont plutôt bon signe. Est-ce que le nouveau coach nantais l’a remarqué ?

On aimerait bien :

Lafont moins fébrile. Le portier nantais a fait des sorties hasardeuses et n’avait aucune raison de ne pas quitter sa ligne sur les deux buts d’Osimhen. Notre gardien devra se montrer plus sûr de lui à l’avenir. Le public doit être là pour lui apporter du soutien à la Beaujoire la semaine prochaine.

Plus de sérieux défensif. Les deux buts lillois sont partis d’une possession nantaise. Rien d’autre à dire.