Défaite historique dans le derby pour la dernière de l'année
Défaite historique dans le derby pour la dernière de l'année
L'équipe Première
Défaite historique dans le derby pour la dernière de l'année
52. Cela faisait 52 ans que le SCO d’Angers n’avait plus gagné en Ligue 1 à la Beaujoire. C’est maintenant chose faite. Dans des conditions météorologiques compliquées, les Angevins, bien plus motivés et mieux organisés tactiquement ont renversé de bien faibles Nantais (1-2). Christian Gourcuff, qui a composé avec un effectif limité, n’a effectué aucun changement. Une défaite méritée qui vient clôturer l’année d'une bien triste manière. Si les Canaris sont toujours cinquième, ils ont raté le coche et l’occasion de consolider leur place dans le top 6.
Max Drodelot
22 December 2019

Une semaine à oublier pour les Nantais. Après la défaite concédée face à Strasbourg en Coupe de la Ligue mercredi soir, les Canaris se sont inclinés une seconde fois d’affilée à la Beaujoire lors du derby face à Angers. Devant les blessures de Girotto et de Bamba, Gourcuff a choisi d’aligner Molla Wagué en défense centrale et de faire remonter Louza derrière Coulibaly. Blas est donc passé sur le côté droit tandis que Simon occupait, comme à son habitude, le côté gauche. Au milieu, la paire Touré-Abeid a débuté le match. En face, Angers n’avait obtenu qu'une seule victoire sur ses six dernières rencontres de championnat et était redescendu dans le ventre mou du classement. Ambitieux cette saison, il fallait donc relever la tête pour les Angevins, qui ont pris sans difficulté la mesure de bien faibles Nantais.

Un avantage heureux à la pause

Surmotivés, les hommes de Stéphane Moulin débutent bien la rencontre et se procurent la première occasion. Pierrick Capelle sert Bobichon qui laisse passer entre ses jambes pour Fulgini qui se présente face à Lafont. Mais le portier réussit une sortie impeccable et sauve son camp en repoussant le tir (4’). Sous une pluie diluvienne, Nantes peine à jouer et est dominé par des Angevins conquérants. Mais ce sont bien les jaunes et verts qui ouvrent le score avec un but plein de réussite. Blas s’infiltre dans la défense et tire des vingt mètres, le ballon fuse avec la pluie et Butelle, coupable d’une faute de main, le détourne dans ses propres buts (17’). Malgré l’ouverture du score, les hommes de Christian Gourcuff continuent de souffrir et il faut deux parades de Lafont pour empêcher l’égalisation : Fulgini bute à bout portant sur le gardien nantais suite à une frappe contrée de Bobichon aux six mètres (26’) et Bahoken voit aussi son tir en angle fermé être repoussé (32’). Les situations dangereuses s’enchaînent aussi sur corners (36’, 40’) et Nantes tremble jusqu’au coup de sifflet. À la pause, les Canaris mènent de manière bien heureuse puisqu’ils n’ont cadré qu’un seul tir en première période. Avec Simon muselé et Coulibaly invisible, les Nantais ont vraiment peiné à se montrer dangereux. 

Nantes renversé en seconde période

Afin de profiter de la fébrilité des Nantais, Stéphane Moulin effectue son premier changement dès la reprise et remplace Capelle par Thioub, amenant ainsi plus de vitesse dans le jeu. Un changement qui met en difficulté les Canaris, qui concèdent l'égalisation cinq minutes plus tard. Antonin Bobichon, esseulé au premier poteau, reprend de la tête un centre de Santamaria. Lafont, coupable d’une faute de main, dévie le ballon sur son poteau qui vient ensuite franchir de peu la ligne. Un but tout à fait mérité pour les Angevins et qui vient relancer la rencontre. Nantes essaye de réagir et c’est une nouvelle fois Blas qui se signale en tentant une frappe de vingt-cinq mètres qui passe de peu à côté du but angevin. Mais les meilleures occasions restent angevines : Bahoken se jette, mais rate le centre de Manceau (65’) et  Bobichon se fait contrer de justesse au point de penalty (69’). Il faudra une nouvelle fois un sauvetage d’Alban Lafont pour maintenir les Nantais à flot. Sur une magnifique ouverture, Fulgini se présente seul face au gardien nantais, mais le portier remporte son duel (73’). Nantes, trop timide en seconde période, tente tout de même de réagir mais Abeid ne trouve que le poteau extérieur de Butelle en tirant depuis l’entrée de la surface de réparation (78’). À cinq minutes de la fin du match, les Canaris se font logiquement punir et encaissent le second but. Sur un contre rondement mené, Aït-Nouri centre dans la surface et le ballon arrive sur El-Melali, entré en jeu cinq minutes avant, qui reprend en première intention. Lafont est sur le ballon mais le détourne dans ses propres buts suite à une nouvelle faute de main (86’). Le gardien nantais, qui a pourtant effectué plusieurs belles parades pendant le match a encore une fois montré son inconstance. Nantes ne trouvera ensuite plus de ressources pour revenir et s’incline logiquement face à une belle équipe d’Angers, dangereuse et bien plus motivée que son adversaire du soir.

Un effectif trop limité

Si Stéphane Moulin a réussi à renverser la situation grâce à ses changements, Christian Gourcuff n’en a effectué aucun. Le technicien, qui a prolongé jusqu'en 2021, a beaucoup surpris avec cette décision. À l’issue de la rencontre, il a déclaré n’avoir pas voulu faire de changements “pour faire des changements”. Une façon aussi de dire que les remplaçants n’auraient pas pu apporter grand-chose, et que le banc est trop limité. Cette défaite face à Angers juste avant le mercato a donc montré les carences au niveau de l’effectif jaune et vert. Si Nantes veut espérer rester dans le top 6 en seconde partie de saison, il faudra bien plusieurs arrivées, notamment en attaque où Coulibaly, encore une fois invisible pendant le derby, est en grande peine. Des arrivées au niveau des latéraux sont aussi à prévoir. L’ancien Rennais et actuellement joueur à Watford, Dimitri Foulquier, est d’ailleurs attendu prochainement à Nantes. Le latéral droit, qui ne joue quasiment plus en Angleterre, devrait venir sur les bords de l’Erdre afin de se relancer. Des renforts sont donc inévitables pour les Canaris, qui auront un programme chargé à la reprise avec deux déplacements à Saint-Étienne et Rennes, entrecoupés par la réception du Paris-St-Germain. Si les Canaris sont toujours en cinquième position, ils sont à trois points de la treizième place et pourraient donc quitter très rapidement le top 6 en cas de mauvaise série.