Nantes – Rennes (0 - 0) : Le terrain a parlé, il doit confirmer.
Nantes – Rennes (0 - 0) : Le terrain a parlé, il doit confirmer.
Tancréde Adnot
Raymond Domenech l’avait dit lui-même à la dernière conférence de presse : le terrain doit parler maintenant. Et après deux semaines à constater que le coup de com’ cherché par Waldemar Kita a bien fonctionné, c’était au tour du terrain en effet de parler. Au terme d'une partie équilibrée, la prestation nantaise n'a non seulement pas été catastrophique, elle a au contraire été appréciée. Est-ce qu'on peut se permettre d'espérer voir cela continuer ?
Lire la suite
Venons-nous de vivre la pire année de l'histoire du FC Nantes ?
Venons-nous de vivre la pire année de l'histoire du FC Nantes ?
Tancréde Adnot
Lorsqu’on fait le bilan de l'année 2020, on remarque quand même qu'on n’est pas très optimistes. On pourrait même oser dire, comme l’aurait dit Maurice Barthélémy de la troupe des Robins des Bois : « Tiens, j’ai un peu le cafard quand même ». Et pour cause, à la Maison Jaune, on finit par se demander si nous n'avons pas vécu la pire année du club, tout simplement ! Mais pour en être sûr, il faut comparer.
Lire la suite

Nantes – Angers : (1  - 1 ) Un but casquette pour nous sauver
Nantes – Angers : (1 - 1 ) Un but casquette pour nous sauver
Tancréde Adnot
À l’heure des bilans difficiles, il était temps que l’année 2020 s’achève pour le FC Nantes. Pourtant, la décennie s’ouvrait sur une saison 2019-2020 avec des Canaris qui avaient montré du caractère et de bonnes bases, avant que la pandémie ne vienne tout stopper. Pour la suite de 2020, nos attentes ne se voulaient pas démesurées, au minimum du progrès sur les bases de la saison passée, au mieux, un cap franchi. Mais nous voilà là où nous sommes, de nouveau à la case départ, à deux doigts de la case prison et dans le chaos que nous connaissons. Après quatre matchs pathétiques, Nantes recevait un adversaire pour la troisième fois du mois : le SCO d’Angers. L’objectif du match ? Sauver le club, et faire oublier ce qui s’est passé. Résultat ? Face à une équipe bien meilleure que nous, on a vu du mieux, mais les mêmes erreurs qui offrent le même dénouement.
Lire la suite

Reims – Nantes (3 - 2) : le grand chelem de la honte
Reims – Nantes (3 - 2) : le grand chelem de la honte
Tancréde Adnot
Avec quelques bases de jeu modestes vues contre les effrayants et surpuissants dijonnais dimanche, les nantais abordaient leur troisième rencontre d’affilée face à un relégable, toujours sans victoire. Pour les troupes de Patrick Collot, qui n’a toujours pas trouvé celui qui mettra fin à son intérim, la mission était simple : cesser l’hémorragie et prendre enfin trois points en sauvant l’honneur du club. Pendant 68e minutes, Nantes gérait tranquillement. Mais en 6 minutes, des rémois inoffensifs ont mis une troisième humiliation au nantais. Face aux trois relégables de la ligue 1, les canaris ont pris un point. Ne nous voilons pas la face, on a du mal à voir comment une descente est évitable à ce stade.
Lire la suite

« Les cahiers du Landreau », ou le manuel du bon stoppeur de penalty, made in Nantes.
« Les cahiers du Landreau », ou le manuel du bon stoppeur de penalty, made in Nantes.
Tancréde Adnot
Imaginez-vous : vous êtes un ballon d’or, vous venez d’être sacré champion du monde et êtes déjà reconnu comme l’un des plus grands joueurs de l’histoire de votre pays, et un des meilleurs joueurs du monde de votre génération. Vous êtes sur le terrain, plein de confiance, vous venez d’obtenir un pénalty dans un match à élimination directe. Vos compétences de tireur de coup de pied arrêtés sont mondialement connues, bref, le public n’attend qu’une chose, c’est que vous mettiez la balle au fond du filet, surtout qu’en face, le gardien fait le guignol et laisse cinq mètres de libre sur sa gauche... Pourtant, lorsque vous tirez, il arrête votre frappe, net. Vous n’êtes ni dans un rêve ni dans un cauchemar. Vous venez de passer juste un instant dans la tête de Ronaldinho, le 8 décembre 2002, lorsque le FC Nantes bat le PSG 3-2 en 16èmes de finale de la coupe de la ligue au Parc des Princes. Et si Ronaldinho a cédé devant le « guignol », c’est parce que ledit guignol n’est autre que Mickaël Landreau. Et si des gardiens où futurs gardiens nous lisent ici, la Maison Jaune vous offre un petit manuel du bon stoppeur de penalty, en reprenant les leçons des années nantaises du spécialiste ultime, pur produit nantais : notre « Micka ».
Lire la suite