Mercato estival 2020 : (bientôt) cinq signatures au goût de liberté.
Mercato estival 2020 : (bientôt) cinq signatures au goût de liberté.
L'équipe Première / Mercato
Mercato estival 2020 : (bientôt) cinq signatures au goût de liberté.
Le FC Nantes s'est renforcé à plusieurs postes pendant ces quelques mois de mercato, qui s'est exceptionnellement terminé un 5 octobre. Parmi les cinq nouveaux arrivants, un seul a fait l'objet d’indemnités de transferts : Moses Simon, qui était déjà dans l'effectif la saison dernière. Bilan d'un mercato qui, comme à son habitude, s'est sensiblement animé lors du "Deadline Day".
Maxime Thomas
07 octobre 2020

Christian Gourcuff ne souhaitait pas recruter pour recruter, et il l'avait annoncé dès le début du mercato. Avec la crise qui s'annonce dans plusieurs clubs d'Europe, le marché des transferts s'annonçait calme, ou nécessitait de recruter à bas coût, comme nous l'expliquait récemment Ricardo Faty dans une interview.

L'un des objectifs de la direction nantaise était donc de dégraisser pour se permettre d'investir pendant ces quatre derniers mois. Le président Kita a néanmoins pris la décision de recruter officiellement Moses Simon en levant l'option d'achat de l'ailier nigérian, autour de cinq millions d'euros. Le meilleur joueur offensif nantais de la saison dernière, et ce malgré son début d'exercice compliqué depuis la reprise, faisait pourtant l'objet d'intérêts à l'étranger. Un premier joli coup qui aurait pu laisser présager un mercato attractif. Christian Gourcuff avait, lui, annoncer les profils des joueurs qu'il désirait voir arriver dans son effectif : un milieu de terrain, un latéral, un attaquant au style différent de Renaud Emond et Kalifa Coulibaly, et enfin un défenseur central pour la rotation.

 

Une priorité de Gourcuff comme ouverture de bal

Le premier à arriver fin mai fut le dernier profil cité, un accord a été rapidement trouvé avec Jean-Charles Castelletto, qui arrivait à la fin de son contrat avec le Stade Brestois et auteur d'une saison plutôt pleine. Très attaché au potentiel des joueurs, qu'il exploite au maximum, et à l'expérience des championnats français (Ligue 1 et Ligue 2), l'entraîneur nantais avait fait de l'homme de 25 ans, aux ressemblances marquantes avec l'ancien nantais Koffi Djidji dans ses qualités sur le terrain, sa priorité au poste de défenseur central. Il ne dispose que de quelques minutes depuis le mois de septembre avec les Jaunes-et-Verts, sa dernière rentrée intéressante face à Nice étant associée au carton rouge d'Andrei Girotto, 

Pendant plusieurs semaines, Gourcuff a insisté auprès de la direction pour se renforcer à la pointe de l'attaque, et avait fait de Roger Assalé, alors aux Young Boys en Suisse, sa principale volonté. Un transfert qui s'annonçait trop coûteux pour la direction nantaise, malgré les prêts d'Evangelista (à Bragantino), de Wague (Amiens), de Youan (St Gallen), d'Olliero (Pau) ou encore de Braat (Niort), sans oublier le départ de Krhin en fin de contrat, de Benavente (retour de prêt), et la vente de Maxime Dupé à Toulouse pour la modique somme de 500 000 euros selon les dires. C'est sans nulle doute que l'ancien lorientais de 65 ans a grincé des dents quand l'international ivoirien a défait ses valises du côté de Dijon, pendant qu'il refusait Mario Balotelli, proposé en juin au FC Nantes, au même titre que l'international anglais Welbeck. Pour recruter à ce poste, il fallait vendre devant : l'international malien Coulibaly rejoignait alors Abdoulaye Touré sur la liste des joueurs que le club ne retiendra pas en cas d'offre, au même titre que Moutoussamy et Wague avant leurs départs. 

 

Une arrivée inattendue, des départs incertains

C'est finalement au milieu de terrain que le second renfort dépose ses valises au début de l'été. Également libre, Pedro Chirivella, âgé de 23 ans, décide de ne pas continuer l'aventure avec Liverpool malgré quelques matchs en coupe la saison précédente sous les ordres de Jürgen Klopp, et deux prêts au Pays-Bas auparavant. Formé notamment à Valence, ses premiers matchs avec le FC Nantes interpellent par sa faible prise de risque dans ses passes, alors qu'elles restent une des qualités principales du joueur qui s'était jusqu'alors imposé dans le milieu de terrain nantais après une préparation intéressante. Un temps d'adaptation plus conséquent ? Un physique trop frêle pour la Ligue 1 ? Celui qui est associé depuis le début du championnat à Imran Louza doit rapidement s'intégrer au collectif et faire des différences, s'il ne veut pas que Mehdi Abeid reprenne sa place.

Le premier cité a lui, attiré la convoitise après ses performances en 2019 et 2020. Le milieu de terrain nantais aurait pu s'affaiblir si les écuries italiennes ou encore l'Olympique Lyonnais avaient déposé quelques dizaines de millions d'euros sur la table. L'octuple champion de France ne s'est pas montré vendeur pour sa révélation de la saison dernière, qui restera alors un an de plus sur les bords de l'Erdre.

Cela était beaucoup moins sûr pour son coéquipier et ex-capitaine Abdoulaye Touré. En effet, le milieu de terrain s'attendait à enfin quitter son club formateur cet été, visant l'Angleterre ou l'Allemagne, mais très peu d'offres sont arrivées sur la table de la famille Kita, et ce, malgré les efforts de Mogi Bayat notamment, "directeur sportif officieux" du FC Nantes, pour lui trouver des touches à l'étranger. Jusqu'à la dernière heure du mercato, le joueur a espéré des challenges intéressants, ce fut le cas avec le Spartak Moscou (Russie) qui regardait attentivement l'évolution de sa situation, en vain. Angers et Brest étaient alors les deux dernières écuries annoncées sur ses rangs, si bien que le voisin noir et blanc proposa cinq millions d'euros dans les dernières heures du mercato. A.Touré, non convaincu par le projet du SCO, décida alors de rester au moins jusqu'à janvier dans sa ville natale. 

 

Un dernier jour mouvementé

Calme pendant de nombreuses semaines, à l'affût de quelques bons coups sur le marché des transferts, la direction nantaise s'attendait à vendre davantage mais la déception est présente, d'autant plus qu'en championnat, le FC Nantes n'arrive pas à récolter beaucoup de points. Mais devant l'éclosion du jeune Kolo-Muani, de retour de son prêt à Boulogne, Christian Gourcuff commence à se faire à l'idée que l'arrivée d'un attaquant n'est plus une obligation, encore moins face à la "non vente" de Kalifa Coulibaly. Les difficultés au poste de latéral reste toutefois criante, Charles Traoré et Denis Appiah, malgré les deux passes décisives de ce dernier, ont beaucoup de mal dans le jeu.

Le dernier jour du mercato devient donc important pour le FC Nantes. La direction décide alors d'entrer en contact avec Sébastien Corchia, envieux de retourner en France après une grave blessure et en diffculté à Séville. Il décide de résilier son contrat et quitte l'Espagne ce 5 octobre pour se rendre en France. Attendu le 6 octobre à Nantes, il y passe sa visite médicale minutieuse après ses récents pépins physiques et hors période mercato. L'ancien lillois sera normalement le quatrième joueur libre à rejoindre le FC Nantes depuis mai dernier, après la signature peu de temps auparavant du joueur formé au PSG : Jean-Kévin Augustin. Auteur d'une vingtaine de buts en soixante matchs avec Leipzig, club qu'il a rejoint après sa révélation dans la capitale, il connaît deux prêts compliqués à Monaco et à Leeds, qui se met dans une posture juridique compliquée avec l'écurie allemande. L'ASSE avait fait du champion d'Europe U19 (génération de Ludovic Blas et Kylian Mbappe) sa priorité en attaque dans les dernières heures du mercato, alors que le FC Nantes attendait sa lettre de sortie pour l'annoncer à 20 heures ce lundi, une annonce repoussée au lendemain puisqu'elle n'arriva que plus tard dans la soirée. 

L'expérience européenne de Sébastien Corchia, si son genou le laisse tranquille, pourrait faire beaucoup de bien au FC Nantes à un poste qui pose question depuis le départ de Lucas Lima. Le statut d'espoir français de Jean-Kévin Augustin,  auteur d'un gros effort financier pour rejoindre les Canaris, et qui a démontré son talent en sélection comme en France et en Allemagne, lui a permis à 23 ans d'engrenger également de l'expérience. Il pourrait ainsi permettre à Christian Gourcuff de retrouver un 4-4-2 qu'il affectionne particulièrement, alors que son 4-2-3-1 présente des failles depuis le début de saison avec des joueurs qui peinent à retrouver leur niveau de jeu (Simon, Coco, Blas...). Il est également difficile d'imaginer voir Kolo-Muani, récemment appelé avec les espoirs français, se retrouver sur le banc après un début de saison plus qu'intéressant. 

Cependant, le mercato est-il une réussite pour le FC Nantes ? La réponse est globalement négative, au moins en terme de dégraissage de joueurs. Par ailleurs, Christian Gourcuff voit deux nouveaux joueurs arriver, alors que bon nombre de salariés et joueurs ont déjà commencé à lui tourner le dos. Il est donc plus que plausible que les arrivées des deux derniers joueurs sur les bords de l'Erdre soient très (trop ?) tardives, alors que les points perdus commencent déjà à se faire sentir au classement...

 

Photo : Moses Simon joueur le plus coûteux de l'été pour les canaris, crédit : Gerald Mounard, photographe La Maison Jaune.