Depuis l’élimination du FC Nantes en quarts de finale de la Coupe UEFA face à l’Inter en 1985-1986, les Canaris n’ont plus goûté aux grandes émotions européennes. À l’orée de la saison 1994-1995, ils restent sur deux éliminations au premier tour de la Coupe UEFA, face au Torino en 1986 et contre Valence en 1993. Voilà huit années que le public nantais n’a plus vibré au rythme des exploits européens de son équipe. En championnat, la situation n’est guère meilleure. De 1986 à 1993, les Nantais ne dépassent pas la septième place. Classés cinquièmes à l’issue de la saison 1993-1994, les Canaris de Jean-Claude Suaudeau se qualifient donc pour la Coupe UEFA pour la saison 1994-1995, une compétition qui ne leur réussit plus depuis le traumatisme de l’Inter. Mais cette équipe si spéciale, qui a tant dominé le championnat de France cette saison-là, fera renaîtra le feu européen à la Beaujoire.

 

Nantes évite l’humiliation au premier tour

Le premier tour oppose le FC Nantes aux Russes du FK Rotor Volgograd. L’opposition est légèrement en faveur des Nantais mais ces derniers se méfient tout de même des grands gabarits russes, redoutables sur centres et coups de pied arrêtés. Nicolas Ouédec ouvre le score peu avant la demi-heure de jeu sur une superbe ouverture de Loko. Les Bleus du Rotor ne se laissent pas abattre et égalisent juste avant la pause sur corner. Au retour des vestiaires et grâce à un nouveau corner, les locaux prennent les devants. Le stade du Rotor explose et ses joueurs se voient pousser des ailes. Sur un coup franc direct, détourné dans le but par le mur nantais, les Bleus accentuent leur avance. Et tandis qu’ils poussent pour achever les Canaris, N’Doram réduit la marque à dix minutes de la fin du match sur un superbe mouvement collectif. En trois passes, toute l’équipe russe est battue et le "Sorcier" peut filer au but. Un magnifique mouvement qui laisse déjà entrevoir le magnifique jeu que pratiqueront les hommes de Jean-Claude Suaudeau tout le reste de la saison. L’espoir est maintenu et les Canaris repartent de Russie avec une défaite 3-2, mais aussi deux buts qui valent chers. Il s’agit de la toute première défaite de la saison pour les Canaris, invaincus en championnat en parallèle.

À la Beaujoire, deux semaines plus tard, c’est une autre histoire. Les Russes ne voient pas le jour cette fois et les Canaris déroulent leur football. Ouédec, déjà buteur à l’aller, s’offre un doublé et Loko entérine la belle victoire nantaise en fin de match. Résultat final, une victoire convaincante 3-0 et une qualification pour les seizièmes de finale de la coupe UEFA, qui échappait aux Jaunes-et-Verts depuis neuf ans

 

Les Canaris poursuivent leur campagne russe

Le tirage au sort des seizièmes de finale offre aux Canaris une nouvelle confrontation avec un club russe. Cette fois, c’est le modeste Tekstilshchik Kamychine qui croise la route des Nantais et qui dispute sa toute première compétition européenne. Le club, habitué des échelons inférieurs, a été crée dans une usine de textile dans la région de… Volgograd. À domicile, les Canaris s’imposent sans forcer 2-0 grâce à un doublé de l’inévitable Nicolas Ouédec, décidément l’homme fort de la compétition côté nantais. 

Retour ensuite en terre connue pour les Nantais qui font le déplacement de plus de 4000 kilomètres pour la seconde fois en l’espace d’un mois et demi. En Russie, Nantes doit à tout pris éviter le piège. Mais les Canaris ont retenu la leçon depuis leur défaite inaugurale face au Rotor. Sur un terrain catastrophique, Nicolas Ouédec, encore lui, signe un nouveau doublé et porte son total de réalisations à sept buts en quatre matchs de coupe UEFA cette saison. La réduction de l’écart russe en fin de match n’est qu’anecdotique et Nantes se qualifie pour les huitièmes de finale après sa victoire 2-1

 

Nantes face au bourreau des marseillais

Fini la Russie, bonjour la Suisse. Pour les huitièmes de finale, les hommes de Suaudeau sont opposés au FC Sion. Le club helvète avait éliminé au tour précédent l’Olympique de Marseille, pourtant vainqueur de la Ligue des Champions un an et demi plus tôt. Les Suisses font office de sérieux outsiders et désirent continuer leur moisson française en s’offrant un nouveau club de l’Hexagone. 

Mais à la Beaujoire lors du match aller, les Suisses sont en grande difficulté et prennent une leçon jaune. En pleine confiance en championnat, l’éblouissant leader nantais ne fait qu’une bouchée de Sion. Loko, en reprenant d’une magnifique volée au second poteau un centre de Pedros, ouvre le score au bout d’un quart d’heure de jeu. Tout va trop vite pour Sion qui est dépassé. Les hommes de Suaudeau doublent la mise à la demi-heure de jeu grâce à un but de la tête du capitaine Jean-Michel Ferri qui s’était débarrassé de toute l’arrière-garde suisse.

Le festival offensif continue en seconde mi-temps et N’Doram marque d’une splendide frappe lointaine à ras de terre qui ne laisse aucune chance à Stefan Lehmann, le portier de Sion. Makélélé conclut le festival nantais au terme d’un superbe mouvement en solitaire. Victoire finale 4-0, on ne pouvait rêver mieux pour les Nantais qui ont fait chavirer de joie la Beaujoire pendant 90 minutes. Du jeu, du jeu, et encore du jeu, rien ne peut résister à cette équipe-là. “Le printemps sera jaune”, titre L’Equipe devant l’avance considérable qu’ont pris les Nantais face aux Suisses. Rien ne semble pouvoir résister à la qualification des Nantais pour les quarts de finale, tant ils se sont montrés supérieurs à leurs adversaires sur la pelouse de la Beaujoire. Ce succès est l’un des plus retentissants de l’histoire de du FC Nantes en Coupe d’Europe

À Sion, les Canaris repartent sur les même bases qu’à l’aller. Patrice Loko ouvre le score à la demi-heure de jeu et, une minute plus tard, N’Doram fait le break pour les Nantais. Largement devant, les hommes de Suaudeau se relâchent un peu et voient les Suisses revenir à 2-2 en seconde période. Le score ne bougera pas et Nantes assure sa qualification pour les quarts de finale.

 

L’incroyable élimination nantaise

Toujours invaincus en championnat, c’est une belle opposition européenne qui attend les Nantais. Ils doivent se rendre à Leverkusen pour le match aller, où les attendent la bande à Rudi Völler. La Werkself est en difficulté en championnat et les Canaris partent favoris pour ce match. Le destin en décidera autrement. Les circonstances sont rocambolesques puisque l’ensemble des gardiens nantais sont blessés. Jean-Louis Garcia, l’entraîneur des gardiens, doit alors être titulaire. Minés par l’expulsion de leur capitaine Ferri et les bourdes de Garcia, les Canaris s’inclinent lourdement 5 buts à 1. Pour revivre ce match aussi incroyable qu’improbable, c’est par ici.

Les Canaris veulent y croire pour le match retour. Pourtant, une seule équipe a réussi auparavant à surmonter un écart de quatre buts en Coupe d’Europe : le Real Madrid. “Il y avait le Real Madrid, désormais il y aura aussi Nantes”, déclarait Christophe Karembeu quelques jours avant le match retour. Plus flamboyants que jamais en championnat, les Nantais ont laissé derrière eux les déboires du match aller. Dominique Casagrande retrouve sa place dans les cages nantaises. Toute la ville croit en l’exploit de cette équipe à qui personne ne résiste. 

Les Allemands anticipent un match délicat et misent sur la prudence en fermant le jeu à double tour. Avoir une avance de quatre buts face à ce FC Nantes est bien trop beau, il s’agirait de ne pas la gâcher. Face à un bloc défensif compact, les Canaris, pourtant si créatifs et imprévisibles en championnat, se montrent en manque de réussite. Les occasions se succèdent pour Nantes mais qui ne trouve pas la faille. La tempête de la première période passée, le jeu nantais s’émousse et la rencontre se termine sur un triste 0-0. Nantes n’est même pas passé près de l’exploit. Pourtant efficace avec au moins deux buts lors de chaque match précédent, l’attaque nantaise se montre tristement muette. 
 

Même en Coupe d’Europe, elle semblait longtemps inarrêtable cette équipe nantaise. Il aura fallu un coup du sort rocambolesque pour la faire sortir de son jeu. On n’ose imaginer ce qu’il serait advenu sans les coups du sort du match aller face à Leverkusen. Cette aventure nantaise pose tout de même les bases d’une autre, plus grande, plus riche, plus glorieuse épopée. Vainqueurs incontestés du Championnat de France à l’issue de la saison, les Canaris sont qualifiés pour l’édition 1995-1996 de la Ligue des Champions. Alors, devant la désolation nantaise suite à l’élimination face à Leverkusen, on ne peut que sourire lorsque l’on sait à quel point la suite a un goût de légende.