US Avranches – FC Nantes : prépa’, covid et cagnard
US Avranches – FC Nantes : prépa’, covid et cagnard
L'équipe Première
US Avranches – FC Nantes : prépa’, covid et cagnard
On imagine bien le mal de chien que doivent se donner le club et les organisateurs des rencontres amicales dans une telle période à laquelle s’était accolé des cas de COVID19 dans le groupe Nantais, mais aussi désormais une vague de chaleur particulièrement pesante. Dans ce contexte, les canaris se lançaient à l’assaut d’Avranches cet après-midi.
Tancréde Adnot
07 août 2020

Préparation acrobatique

Après avoir vu leur dernier match amical annulé, les canaris n’en devaient pas moins continuer leur préparation pour la saison à venir, qui approche à grand pas. Ouest France ne s’y est pas trompé dans son édition de ce matin : « Nantes joue (seulement) son troisième (et déjà) avant-dernier match de préparation ». A cela s’est ajoutée l’annulation du stage à La Baule. Dans 15 jours, notre FC Nantes chéri sera de nouveau sur les rails de la Ligue 1, avec de gros espoirs, et peut-être même enfin, un retour en Europe. Mais avant toute chose, il faut que Yoann Gourcuff puisse mettre en place son groupe et ses titulaires, ce match amical revêt donc une importance plus forte que prévue.

La chaleur pèse sur le jeu

Avranches, club de National n’entendait pas, dans son stade René Fenouillères, être un simple souffre-douleur de club pro. D’ailleurs, Avranches avait manqué la montée en Ligue 2 que de quelques décimales sur le classement final au ratio point/match, et s’était même offert les canaris il y a deux ans ! (2-0). Christian Gourcuff faisait donc au mieux pour son groupe, mais était déjà sans son gardien numéro 1, Alban Lafont, laissant la place au deux jeunes gardien Husejnovic et Charly Jan, qui commence la partie.

Commencent en sa compagnie un groupe composé de Fabio, Girotto, Pallois, Traoré, Abeid, Touré, Chirivella, Bamba, Louza et Simon. La partie s’élance sur un rythme très bas, et Nantes s’efforce de conserver le ballon et de maîtriser le jeu pour trouver des espaces, pendant qu’Avranches joue les contres. Dans l’ensemble, on sent le poids que la chaleur pose sur les organismes, les balles en profondeur ne sont pas suivies, les appels se font rares. Il faut attendre la 22e minute pour un sursaut : sur un une-deux bien géré entre Simon et Bamba, Kader Bamba semble s’échapper vers le but, avant d’être fauché dans la surface ! Faute ? L’arbitre était tout près et n’a pas hésité : Bamba en a trop fait, on joue. Sans ralenti, on ne peut que se fier à son jugement.

Quelques minutes plus tard, c’est Medhi Abeid, qui tente une première frappe, trop croisée. La maîtrise nantaise est très appliquée, et quelques percées se font sur les ailes, sans aboutir. C’est à la 37e minute que Simon, très bien lancé par Touré, place une frappe qui ne va pas droit dans le but uniquement parce qu’un défenseur d’Avranches détourne in extremis le ballon. On s’arrête là, il fait trop chaud.  

Plus d'entrain mais sans changement

Appiah, Emond et Limbombe entrent en jeu pour remplacer Bamba, Abeid et Traoré. Petite frayeur sur une erreur de relance nantaise en début de seconde mi-temps, avec le numéro 10, Anziani, qui se voit bien placé pour une frappe, que Pallois s’empresse de bloquer avec autorité. Nantes se veut plus pressant, à l’image de cette belle passe en profondeur dans l’axe de Louza pour Emond, que le portier d’Avranches vient bloquer à l’entrée de la surface de justesse.

Les canaris enchaînent les attaques. Moutoussamy et Coulibaly entrent en jeu à leur tour. C’est d’ailleurs ce dernier qui lance encore une fois Emond devant le but ! Mais encore une fois, le gardien adverse est là. L’attaque nantaise est clairement un cran plus haut, ce qui assoit la domination jaune et verte, sans pour autant offrir plus de succès. D’ailleurs, ça ne bouge plus, Baptista Mendy entre en jeu et les deux équipes tentent mollement un ultime effort pour tenter de trouver l’ouverture, sans effet, puisqu’Avranches décide également de conserver la balle, alors que le soleil quittait enfin la partie, suivi rapidement des 22 acteurs : 0-0.

Peu à dire de cette rencontre qui restera anecdotique. Sans trop prendre de risque, Nantes n’a pas montré de faiblesse particulière et à simplement dominé la rencontre sans mettre l’énergie nécessaire pour conclure. Les occasions étaient là, mais c’est surtout le contrôle du ballon qui a distingué le FCN ce soir. Pour le reste, pas de point notable, c’était surtout de la mise en jambe.

On a bien aimé

La maitrise de balle. Dans l’ennui de la première mi-temps, on pouvait néanmoins apprécier que le travail de transmission de balle était quasiment sans-faute. A observer à l’avenir donc, notamment sur un rythme plus accéléré.

Nicolas Pallois. Honnêtement, on ne sait pas vous dire si les joueurs de l’US Avranches ont pu le passer ne serait-ce qu’une seule fois.

Charly Jan. Toujours un plaisir de découvrir de jeunes gardiens du club avec les pros. Jan, pour sa première avec les A, a fait son travail avec sérieux : bonne communication, bonnes relances, mais c’est vrai aussi, peu de chose à faire.  

On aimerait bien

Jouer dans des meilleures conditions ? Evidemment le temps n’était la faute d’aucun des acteurs, mais il est vrai que l’on espère que les joueurs pourront finir se préparer avec une météo plus clémente, alors qu’il faisait 39° à Nantes, et à Avranches aujourd’hui.

Plus d’agressivité. Lorsque les attaques de Bamba, Abeid ou Simon étaient plus agressives, les nantais pouvaient immédiatement faire la différence. Mais hormis ces actions, les nantais attendaient un peu trop la position parfaite.