Olivier Quint "Le limogeage de Denoueix était injuste et a fait basculer le club dans une autre dimension"
L'équipe Première / Interview
Olivier Quint "Le limogeage de Denoueix était injuste et a fait basculer le club dans une autre dimension"
Maxime Thomas | 03/05/2021

Il y a quelques semaines, nous sommes allés à la rencontre d’Olivier Quint, ancien joueur du FC Nantes de 2001 à 2006. De la fin du rêve, aux années prémonitoires d'une descente aux enfers, l'ex milieu de terrain passé notamment par Sedan a accepté de revenir sur son passage au club mais également sur la situation actuelle. Désormais l'un des gérant de OJ Sports & Entreprises, et responsable développement commercial chez Macron, il est à la tête de la boutique Macron Store basée à Thouaré sur Loire lui permettant de rester dans la région nantaise, mais également de vendre des articles sur le FC Nantes(maillot officiel, écharpes...) puisque l'enseigne est partenaire de l'octuple champion de France. La Maison Jaune et Macron Store sont devenus officiellement partenaires en début d'année, l'occasion également d'évoquer cette association aux multiples objectifs.

Bonjour Olivier, pouvez-vous nous rafraîchir la mémoire en nous faisant un petit résumé de votre carrière avant d'arriver au FC Nantes ?

J'ai commencé le football à 13 ans, j'ai intégré le centre de formation de Rouen en 1988 où j'ai signé mon premier contrat pro me permettant de réaliser quelques matchs en Ligue 2 avant la descente en National et le dépôt de bilan. Je me suis retrouvé donc en National 2 à Epernay mais le club a lui aussi déposé le bilan. C'est à Sedan que je me relance, j'y ai passé cinq saisons de la National à la D1. Nantes m'a alors contacté l'année où ils sont champions en 2001, je signe un contrat de 4 ans. Ils me permettent d'évoluer en Ligue des Champions, de perdre une finale face à Sochaux en Coupe de la Ligue. Malheureusement, une rupture des ligaments croisés lors de ma dernière saison pousse le club à me prolonger d'une saison pour me soigner et me permettre de revenir. Je prends ma retraite professionnelle en 2006. 

A Sedan, vous étiez titulaire indiscutable pendant plusieurs saisons, un élément crucial de l'effectif, vous avez senti la même importance à Nantes à votre arrivée ?

Non, ça a été plus compliqué mais c'est tout à fait logique. Même si j'ai eu Raynald Denoueix et Budzynski au téléphone qui m'avaient fait comprendre qu'ils compteraient sur moi, c'était à moi aussi de prouver que je pouvais m'intégrer mais ça a été le plus difficile car j'ai mis six mois à y arriver. Le club sortait d'un titre de champion, avec des joueurs qui étaient installés, même si Monterrubio partait à Rennes, la concurrence était un peu plus féroce qu'à Sedan. J'étais moins dans la peau d'un titulaire indiscutable qu'à Sedan, c'est une certitude.

Vous êtes arrivé en 2001, vous prenez votre retraite en 2006, avez-vous senti ce passage d'un FC Nantes des beaux jours à un club qui commençait déjà à être en difficulté ? 

Oui, puis il y a un évenement qui a fait basculer le club dans cette dimention là, c'est le limogeage de Raynald Denoueix au mois de décembre 2001 alors qu'on venait de battre Troyes et qu'on savait très bien qu'on allait s'en sortir mais Jean-Luc Gripond(président du FC Nantes de 2001 à 2005) en a décidé autrement malheureusement. Il sortait quand même d'un titre de champion de France, c'était totalement injuste et c'est à ce moment là que le club a commencé son déclin même si on a réussi à avoir des résultats avec une finale de Coupe de la Ligue, une demi-finale de Coupe de France la même année que nous perdons contre le PSG. Mais moi j'étais venu à Nantes pour jouer la Ligue des Champions tous les ans ou du moins la Coupe d'Europe et ça n'a pas été le cas.

Ce changement de dimension vous a-t-il poussé à arrêter votre carrière plus tôt ?

Je n'avais pas prévu quoique ce soit. Après ma rupture des ligaments croisés, je m'étais déjà posé la question mais je voulais me battre, je voulais revenir et je suis revenu. Mais j'ai bien compris à ce moment là que mon corps était usé et qu'il fallait s'arrêter.

Gardez-vous malgré ces événements un bon souvenir global de votre passage au FC Nantes ? Le club est-il devenu votre club de coeur ?

A Sedan j'ai quand même connu des choses incroyables, c'est pour cela que c'est compliqué de parler de club de coeur. Mais je suis attaché, ça c'est une évidence. Il y a un souvenir qui reste mémorable c'est le maintien contre Metz en 2005 lors de la dernière journée et même si j'étais blessé, je l'ai dit plein de fois et d'autres aussi, nous ne voulions pas que le club descende et je pense que c'est ce qui fait défaut dans la saison que nous vivons actuellement et dans la lutte au maintien que connait le club aujourd'hui. C'était totalement différent donc, mais j'ai la fierté que ce club soit resté en Ligue 1 alors que je jouais encore, et quand j'ai arrêté avec Micka Landreau et Jérémy Toulalan ils descendent l'année d'après. Donc oui, je reste très très attaché au FC Nantes.

Vous avez senti que vous étiez un peu une "bande de potes" notamment aux premières saisons que vous avez vécu au FC Nantes ?

C'était des gars formés ensemble, qui jouaient ensemble depuis les équipes des jeunes. Donc forcément ça créer des liens, c'était effectivement le cas. J'ai d'ailleurs gardé contact notamment avec Landreau, Savinaud, Da Rocha, Yves Deroff avec qui je travaille, Loïc Guillon, Nico Gillet..

Vous arrêtez ensuite votre carrière de footballeur en 2006, quel était votre objectif principal à ce moment là ? 

J'avais déjà commencé à travailler mes diplômes d'entraîneurs quand j'étais joueur et j'ai continué après. Je suis parti deux ans à Tillières et en même temps j'ai passé le diplôme me permettant d'entraîner un club jusqu'au niveau National, et je me suis lancé dans une carrière d'entraîneur puisque j'ai signé à Montaigu par la suite.

Un projet profesionnel se montait également à côté de cette carrière d'entraîneur ? 

J'ai ouvert des restaurants (rire), je me suis associé avec quelqu'un avec qui on a ouvert un restaurant, une salle de sport, et un bar de nuit mais ça n'a pas bien marché dans les trois cas mais à part le bar de nuit on va dire que c'était pas trop mal. 

Nous sommes nombreux à se poser une question : est-ce que c'est difficile pour un footballeur de se reconvertir après sa carrière ?

Oui, quand on est pas préparé à s'arrêter parce qu'il y a un monde terrible, car tous les matins on se lève avec un objectif et là il faut aller le trouver cet objectif. C'est compliqué de se recouvertir, mais moi j'avais préparé cet arrêt, j'avais anticipé le fait que je souhaitais devenir entraîneur et ouvrir des restaurants c'était quelque chose que je voulais faire également depuis longtemps. Jouer au foot, dans des stades pleins, voyager, partir au vert, jouer la Coupe d'Europe, gagner des titres...enfin, il y a pas mieux personnellement mais un jour il faut arrêter et partir sur autre chose. Est- ce qu'il y a un manque d'accompagnement à ce niveau là ? Non parce que j'étais avec l'UNFP, le syndicat des joueurs, avec qui j'avais préparé des diplômes et j'avais réalisé aussi des formations à côté. Pour ceux qui le veulent vraiment, ils peuvent y arriver sans problèmes.

Êtes-vous toujours entraîneur de Basse-Goulaine aujourd'hui ? Est-ce que ça se passe bien ?

Un entraînement par semaine le dimanche matin, avec le couvre feu. C'est difficile d'arriver dans un club car je suis arrivé au mois de Juillet de l'année dernière, de pas savoir si la saison va se dérouler normalement, de s'entraîner que le dimanche matin donc c'est compliqué de créer de vraies relations avec les joueurs. On a réalisé un seul match de championnat, trois matchs de Coupe de France, c'est triste.

Pour vous, il y a un abandon du foot amateur depuis le début de cette crise sanitaire ?

Complètement, la fédération a tout fait pour sauver la Coupe de France parce qu'il y avait des enjeux financiers mais le reste...à part la National 2 qui a longtemps été dans le flou "on reprend, on reprend pas", en dessous on en parle pas du tout et c'est compliqué. Est-ce qu'on nous tenait au courant jusque là de l'évolution de la saison ? Pas du tout. Le terrain me manque énormément, je passe de trois entraînements par semaines plus le match, à une séance le dimanche matin avec des joueurs qui ne viennent pas tout le temps parce qu'il n'y a plus d'objectif, parce qu'on ne peut plus leur dire qu'on va jouer dans un, deux, ou trois mois car on ne pourra pas, mais je ne compte pas m'arrêter d'entraîner pour autant. 

C'était votre objectif de rester dans la région nantaise après votre carrière de footballeur ?

Je suis avec une nantaise maintenant (rire), ça facilite ma présence ici. C'est mieux de vivre à Nantes qu'à Sedan par exemple, puis j'ai fini ma carrière au FC Nantes, j'ai continué mon après-carrière à Nantes aussi. Mais on discute avec ma femme et si il y a un projet intéressant loin de Nantes il est aussi possible que je parte.

Et si vous nous parliez un petit peu désormais de Macron Store, la boutique dans laquelle vous nous accueillez aujourd'hui ?

Alors ça fait depuis 2016 que je suis commercial pour le Macron Store d'Avrillé à côté d'Angers, et quand on a su que Macron allait devenir l'équipementier du FC Nantes, on savait qu'il fallait ouvrir un Macron Store donc on s'est positionné, on a créé la société OJ Sport et Entreprises et on a ouvert cette boutique au mois de Juin 2020 juste après la sortie du confinement. Nous avons très bien travaillé jusqu'au deuxième confinement, jusqu'au mois de novembre parce que les clubs avaient repris, donc on avait signé des clubs amateurs et pas que dans le foot donc nous étions contents, et puis ce deuxième confinement, le fait qu'il n'y ai pas de visibilité, le couvre feu, les clubs à l'arrêt ça nous complique forcément beaucoup plus la tâche. 

Le confinement a été j'imagine très compliqué à vivre pour vous et votre boutique ?

Oui, ça l'a été. Faut que ça réouvre, il faut que les clubs puissent eux aussi réouvrir alors on sait très bien que les championnats ne vont pas continuer mais il y a des tournois de fin de saison qui se remettent en place et pour nous il faut que les clubs puissent avoir le besoin d'acheter mais le problème c'est qu'ils n'ont pas usé leur matériel, donc nous ça nous fait du tort.

Concernant la gamme FC Nantes, est-ce qu'il y a du monde qui vient regarder les différents produits ?

Oui, alors après il faut se faire connaître et les gens vont surtout à la boutique du club ce qui est tout à fait logique. Avec la publicité sur les réseaux sociaux nous avons réussi à avoir un peu de monde. Jusqu'au mois d'octobre nous avions pas mal de visites, depuis c'est devenu plus compliqué. Nous avons aussi régulièrement des contacts avec le responsable de la boutique du FC Nantes, notamment pour les soldes de Janvier. Actuellement, on est fermé mais nous faisons du click and collect et je vais à la boutique tous les jours.

Nous venons de signer ensemble, La Maison Jaune et OJ Sports et Entrerprises lié à Macron Store, un contrat de partenariat pour pouvoir réaliser des projets mutuels. Vous êtes aussi les partenaires des Activ' Nantes Supports, autre association sur le FC Nantes. Quel est votre objectif à travers ces partenariats avec les groupes de supporters notamment ?

Nous souhaitons proposer nos services, notre créativité, nos collections qui sont de qualité, nous faire aussi connaître encore plus car nous sommes nouveaux et la marque Macron a un petit retard, un petit déficit parce qu'elle est arrivée en France récemment, il y a quelques années mais elle n'est pas encore connue comme les autres marques. Elle a un nom, quand on le dit en français qui est difficile à porter(en référence au président de la République française) et il faut que nous on arrive à sortir de ça. Et puis on va être visibles avec des associations comme la votre sur les réseaux sociaux, à travers cette interview par exemple, et à se faire connaître. Pour nous c'est plus facile derrière. Alors oui, on travaille avec les clubs, on travaille avec les associations, avec les entreprises et avec les particuliers car c'est hyper important. Nous espérons, quand la situation sanitaire le permettra, faire des évènement avec ces associations notamment car c'était notre volonté. Malheureusement nous n'avons pas pu encore le faire et j'espère que ça arrivera vite.

C'est important pour vous de garder des relations avec des supporters, par l'intermédiaire de ces associations et groupes de supporters en tant que l'un des représentants du FC Nantes du début des années 2000 ? 

Quand les supporters viennent à la boutique, ils tombent sur moi ou Yves Deroff, qui lui aussi participe au passé du club, qui a un palmarès et qui est connu et reconnu, donc forcément quand des gens viennent pour parler du club ça me fait plaisir. Même si en ce moment ils viennent en gueulant car ça leur plaît pas(rires), mais c'est important ces relations et on est des gens simples avec Yves, on aime beaucoup discuter avec eux et je trouvais ça important de proposer nos services et notre offre aux supporters. 

 

Retrouvez l'épisode deux de cet entretien avec Olivier QUINT prochainement. Au menu, du sportif, la situation actuelle du FC Nantes, et le sujet des supporters au stade pendant la crise sanitaire. 

 

Entretien réalisé par Maxime THOMAS(co-président), partenariat réalisé par Gael POULAIN(adhérent), images prises par Gérald MOUNARD.