Nantes – Saint-Étienne (2-2) : un nul miraculeux mais logique
Nantes – Saint-Étienne (2-2) : un nul miraculeux mais logique
L'équipe Première
Nantes – Saint-Étienne (2-2) : un nul miraculeux mais logique
Après un début de saison poussif, le FC Nantes recevait ce dimanche une équipe en pleine bourre : l’AS Saint-Étienne. Forts de trois victoires en autant de matchs, les Stéphanois arrivaient confiants à la Beaujoire. Mis en difficulté dès le début du match avec un but à la deuxième minute, puis menés 2-0, les Nantais ont su faire preuve d’héroïsme pour aller chercher le point du match nul.
Colin Revault
20 septembre 2020

Une première mi-temps poussive.

Privé une nouvelle fois d’Imran Louza, Christian Gourcuff a aligné un onze similaire à celui du week-end dernier, avec notamment la titularisation de Randal Kolo-Muani à la pointe de l’attaque. Face à la jeunesse stéphanoise brillante en ce début de saison, les Canaris s’attendaient à souffrir. Arrivés à la Beaujoire en tête du championnat, les Stéphanois savaient qu’en frappant d’entrée, ils feraient douter des Nantais qui revenaient d’une défaite sans enthousiasme face à Monaco. Et dès la deuxième minute, les Verts accélèrent sur le côté droit du terrain, et Adil Aouchiche peut marquer. Le doute est installé dans le camp nantais : en totale réussite, l’AS Saint-Étienne est déjà en ordre de marche. Mais les Canaris refusent de se laisser abattre. De façon très poussive, ils tentent, en prenant place dans la moitié de terrain stéphanoise. Dans les vingt minutes qui suivent l’ouverture du score, différentes occasions se succèdent. Une frappe de Nicolas Pallois au-dessus ou encore un tir manquant de force de la part de Moses Simon : les incursions nantaises dans la surface sont timides. Mais en face, les quelques accélérations stéphanoises se font rares.

Randal Kolo-Muani à nouveau presque buteur.

En fin de première période, les Nantais se montrent plus dangereux. Le premier carton jaune de la partie intervient à la 41e minute après une faute d’Aimen Moueffek sur Ludovic Blas. L'ancien Guingampais tombe dans la surface de réparation et réclame un penalty, dans une action litigieuse avec Timothée Kolodziejczak. Quelques minutes plus tard, Randal Kolo-Muani égalise de la tête… avant de voir son but se faire refuser pour un hors-jeu de Mehdi Abeid, présent dans l’action qui avait amené ce but. Après avoir déjà inscrit un but refusé face à Monaco, la malédiction continue pour le jeune attaquant nantais, qui aurait mérité de marquer, auteur d’une très bonne prestation. Mais le bilan à la mi-temps est sans appel : pris à la gorge d’entrée par les Verts, ils ont péché dans le dernier geste, malgré une bonne volonté affichée.

Une reprise dans la difficulté.

Le retour des vestiaires est difficile pour les Nantais. Ils n’arrivent pas à faire la différence, malgré quelques bonnes séquences, signées notamment Ludovic Blas. Mais le numéro dix nantais est serré de près par la défense stéphanoise, qui ne lui permet pas de s’exprimer pleinement. Finalement, peu après l’heure de jeu, l’addition se corse pour les Nantais. Yvann Maçon marque d’une superbe frappe aux 20 mètres, mettant un gros coup au moral des Canaris. La réponse arrive dans la foulée : l’entrée de Kader Bamba à la place de Marcus Coco donne un second souffle à l’attaque nantaise. L’ailier droit sert Randal Kolo-Muani, qui trouve Moses Simon seul face au but. Le Nigérian réduit le score, et relance la dynamique nantaise vingt minutes avant la fin de la rencontre.

Renaud Emond, sauveur inattendu.

Si les Nantais se relancent, ils ne parviennent toujours pas à faire la différence et à égaliser. À la 85e minute, Christian Gourcuff effectue un double changement, faisant rentrer Abdoulaye Touré à la place de Mehdi Abeid, et sortant Ludovic Blas pour Renaud Emond. Et l’inattendu arriva : à la réception d’un coup-franc qui a heurté le poteau des Verts, l’attaquant belge inscrit son premier but en Ligue 1, sur son premier ballon. La délivrance a sonné pour des Canaris qui sont revenus de loin. En fin de match, le long temps additionnel (cinq minutes) voit Moses Simon manquer l’occasion d’offrir les trois points à son équipe. Mais on se contentera de ce résultat plutôt logique, qui aura vu une équipe revenir avec du caractère.