Les féminines en D2... et maintenant ?
Les féminines en D2... et maintenant ?
Féminines
Les féminines en D2... et maintenant ?
Au terme d'une longue saison en division Régionale 1, les joueuses de Tanguy Fétiveau ont obtenu leur billet d'accession à la D2. Si elles ont survolé les débats au cours des 22 journées et des 2 barrages aller-retour, à quoi peut-on s'attendre pour la saison prochaine ?
Olivier Dantas Lima
28 June 2019

Au terme d'une saison 2018-2019 au cours de laquelle elles sont montées progressivement en puissance, les féminines du FC Nantes ont brillamment validé l'objectif avoué en début de saison : la montée en D2. 

Le bilan est excellent. 19 victoires, 2 nuls et 1 défaite contre Le Mans en championnat alors que l'équipe n'était pas encore rodée. En barrages, elles n'ont encaissé aucun but et ont obtenu la victoire à chaque manche.

Bien organisée dans un 4-2-3-1 évolutif en 4-4-2, solide et solidaire, cette équipe s'appuie sur une colonne vertébrale expérimentée et qui dicte le jeu. 

Les joueuses déja présentes au club ont connu une belle progression, les jeunes intégrées au groupe se développent bien et les recrues ont apporté une réelle plus-value.

Belle recette pour une belle équipe !

Petit bilan ligne par ligne

Gardiennes : Peu sollicitée, Mélodie Carré, recrue possédant une belle expérience en D1 et D2, a néanmoins apporté une vraie sérénité dans les cages. Solide dans les airs et sur le peu d'arrêts à faire, elle possède en plus une jolie qualité de relance, que ce soit dans le jeu court ou dans le jeu long.

Latérales : Sur l'aile droite comme sur l'aile gauche, les latérales ont fait le travail. Solides défensivement, et une présence offensive correcte.

Défense centrale : Un des points forts de l'équipe. La jeune Roxane Manceau, qui s'est récemment blessée au bras, a très bien complété Anaïs Messager, la patronne de cette défense nantaise.

Toujours bien placée, très solide, possédant un très bon jeu de tête, celle-ci donne l'impression d'être omniprésente et quasiment jamais dépassée.

Milieu de terrain : Le double pivot devant la défense, composé de Solène Lancien et Marine Pervier, est la pierre angulaire du jeu. Récupération, volume de jeu, orientation, projection vers l'avant, quelques frappes au but bienvenues, le compte est bon.

Sur le côté droit, Audrey Lhotellier possède une belle activité et apporte débordements ainsi qu'une belle qualité de centre. 

A gauche, Leila Peneau a un profil différent, mais tout aussi efficace. Partant souvent de l'aile pour repiquer dans l'axe, elle est aussi dotée d'un gros volume de jeu et possède une très grosse frappe de balle, aussi utile pour les tirs que pour les renversements de jeu. 

En résumé, un milieu de terrain très complémentaire.

Attaquantes : Expérimentée et efficace, Claire Guillard a été très utile dans son rôle de pivot. Beaucoup de courses, du pressing, une conservation du ballon en position haute, elle facilite le travail des joueuses évoluant derrière elle. Marthe Thiolon, avant sa blessure au genou, ou la jeune Elia Douet ont pu profiter des espaces ainsi libérés.

 

Les axes de progrès pour la saison 2019/2020

Comme l'expliquait récemment Mélodie Carré dans une interview sur le site officiel du club, en D2, le niveau va réellement augmenter. Techniquement, les équipes auront plus de maîtrise et proposeront beaucoup plus de jeu. Physiquement, au niveau des duels ou de la répétition des efforts, il va également falloir passer un cap. Il faudra également gérer une fatigue supplémentaire, liée à des déplacements plus longs. 

La pression inhérente à la découverte d'un nouveau championnat va également s'ajouter.

Il est donc nécessaire d'apporter à ce groupe, via le mercato, quelques retouches afin de pouvoir exister dans cette D2.

Déjà, pour tenir toute la saison, il va être nécessaire de pouvoir s'appuyer sur un groupe plus élargi et de qualité homogène, afin de pouvoir faire tourner l'équipe sans en baisser le niveau. Gérer les blessures, les méformes et les éventuelles suspensions sera primordial.

Ensuite, afin d'éviter d'être trop lisible tactiquement, un apport en vitesse, notamment sur les côtés, pourrait être utile, ainsi qu'une joueuse de percussion pouvant se situer un peu plus proche de l'avant-centre afin de favoriser les combinaisons et minimiser son isolement.

Une autre option pourrait être de recentrer Leila Peneau au cœur du jeu, tout en lui associant des joueuses rapides autour d'elle, afin de profiter d'un jeu à base de transitions rapides, un peu à l'image de Danielle Van De Donk avec l'équipe nationale des Pays-Bas.

Waldemar Kita n'a pas caché sa volonté de voir l'équipe A monter directement en D1. Des recrues de qualité devraient donc arriver sur les bords de l'Erdre.

A suivre dans les prochaines semaines ...

 

Retour du championnat en septembre

L'entraîneur Tanguy Fétiveau se penche déjà sur le recrutement des joueuses aguerries à ce niveau. De l'avis même du coach, les ambitions pour la saison prochaine dépendent des moyens qui seront donnés par la direction.

La D2 féminine se compose de 2 groupes (A et B) de 12 équipes chacune. Seules les deux équipes en tête de leur groupe accèderont à la D1F. Les onzièmes et douzièmes seront directement reléguées et les dixièmes joueront les barrages contre les équipes de Régionale 1.

Les nantaises se sont battues pour accéder à la D2, leur état d'esprit et leur collectif les ont porté tout au long de la saison. Il faudra apporter ces mêmes ingrédients et s'adapter rapidement, mais cette saison 2019/2020 s'annonce passionnante à suivre. 

 

Article en collaboration avec Fabrice Harcouët

(Photo par Gérald Mounard)