Le très joli coup des Nantais au Vélodrome
Le très joli coup des Nantais au Vélodrome
L'équipe Première
Le très joli coup des Nantais au Vélodrome
Décidément, l’Olympique de Marseille réussit plutôt bien au FC Nantes ces dernières années. Vainqueurs à deux reprises face aux Phocéens la saison dernière, les Canaris ont réalisé une très grosse performance ce samedi en battant avec la manière des Marseillais épuisés (3-1). Retour sur l’un des matchs les plus aboutis des Jaune-et-Verts cette saison.
Colin Revault
23 février 2020

Le choix a sans doute été payant. Pour débuter la rencontre au Vélodrome, Christian Gourcuff a choisi de ne pas aligner Abdoulaye Touré et Kalifa Coulibaly, préférant voir une équipe à vocation offensive. Résultat, devant la paire Imran Louza – Mehdi Abeid, se trouvaient Anthony Limbombe, Ludovic Blas et Kader Bamba, en soutien de Moses Simon, titularisé en pointe. Le FC Nantes nourrissait alors de grandes ambitions et avait bien l’intention de ramener quelque chose de Marseille, invaincu depuis octobre.

Un pressing haut

Et dès le coup d’envoi, cela se sent. Étouffant les Marseillais avec un pressing très haut, les Canaris ont tout de suite gêné l’équipe d’André Villas-Boas qui n’a pas pu produire le jeu qu’elle souhaitait. Nantes, au contraire, a affiché son envie et les joueurs, bien en place, ont semblé respecter à la lettre les consignes de leur entraîneur. N’ayant pas la possession mais ne quittant pas le camp adverse, les Nantais avaient les clés en main d’un match dont ils n’étaient pas favoris au départ, malgré le peu d’occasion à décréter dans la première demi-heure. Il faut attendre la 32e minute pour voir le premier frisson envahir le Vélodrome avec la frappe de Moses Simon qui passe juste à côté des cages de Mandanda : on sent que Marseille est fébrile et que Nantes peut marquer à tout moment. Et c’est logiquement que trois minutes plus tard, Kader Bamba déboule sur le côté gauche et parvient à centrer pour la tête piquée d’Anthony Limbombe, seul au second poteau. Les Jaunes ouvrent le score, glaçant quelque peu les supporters marseillais, qui constatent la surprenante impuissance de leur équipe. Mais il n’en fallait pas plus pour réveiller les Olympiens, et pas n’importe lequel d’entre eux. Jouant son premier match contre le club qui l’a formé, Valentin Rongier reprend un ballon en dehors de la surface et oblige Alban Lafont à réaliser sa première parade du match à la 36e minute. Finalement, c’est son coéquipier au milieu de terrain, Morgan Sanson, qui égalisera quelques minutes plus tard, d’une belle frappe des 20 mètres qu’Alban Lafont, trop juste, laisse passer. Les deux équipes reviennent aux vestiaires à la mi-temps avec un score de parité où tout reste donc à faire.

Le jour de Bamba

En début de seconde période, l’agressivité offensive des Nantais se fait moins ressentir. Pourtant, dès la 53e minute, une perte de balle marseillaise permet à Kader Bamba de marquer, sur une jolie frappe enroulée, son premier but chez les professionnels. L’arbitre souhaite tout de même consulter la VAR car Moses Simon était sur la trajectoire de la frappe de son coéquipier. Mais comme il n’a pas touché le ballon, le but est bel et bien validé. Nantes à nouveau en tête, c’est aux Marseillais de trouver les solutions pour égaliser. Mais bien en place défensivement, et avec un Nicolas Pallois très solide, les Canaris ne laissent pas de place aux occasions adverses. Dans les dernières minutes, Marseille peut revenir à plusieurs reprises, avec un coup-franc de Dimitri Payet bien dévié par Lafont et une frappe non-cadrée d’Alvaro Gonzalez. Lorsque l’arbitre ajoute cinq minutes supplémentaires, les Nantais se rappellent alors à leur mauvais souvenir du derby où, menant 2-1, ils avaient craqué dans le temps additionnel. Mais, cette fois, c’est en leur faveur que le match bascule dans les arrêts de jeu, avec l’incursion de Moses Simon dans les pieds d’Alvaro Gonzalez, contraint de marquer dans son propre camp. Le camp nantais est libéré, et la victoire est au bout.

Un succès qui en appelle d'autres

Après six matchs sans succès et un dernier nul très triste à la Beaujoire face à Metz, cette victoire, ainsi que la manière dont elle a été obtenue, est le match qu’il fallait pour relancer l’équipe. La charnière Pallois – Girotto a été impassible, et Imran Louza a encore marqué la rencontre de son talent. Mais c’est surtout le match référence pour Kader Bamba, qui avec un but, une passe décisive et une omniprésence sur le devant de l’attaque nantaise, est l’artisan majeur de la victoire des Canaris. On peut également souligner la bonne prestation d’Anthony Limbombe, titulaire pour la première fois cette saison en championnat, auteur de l’ouverture du score. Christian Gourcuff tient peut-être avec ce onze de départ son équipe-type pour les journées à venir, où Nantes aura l’occasion de prendre de l’avance sur ses nombreux concurrents au classement. Avec cette victoire, les Jaunes retrouvent provisoirement le top 10. Après la réception de Lille dimanche prochain à la Beaujoire, ils disposeront d’autant plus d’un calendrier plutôt favorable (Angers, Nîmes puis Reims) où tous les points seront bons à prendre. Attention tout de même à ne pas tomber dans l’euphorie suite à cette victoire qui a besoin avant tout d’être confirmée.