FCN - NO : Interview : "Je sens bien Nîmes capable de faire un coup"
FCN - NO : Interview : "Je sens bien Nîmes capable de faire un coup"
Œil du Supporter
FCN - NO : Interview : "Je sens bien Nîmes capable de faire un coup"
On reprend les bonnes habitudes ! À 24 heures du coup d'envoi du match entre le FC Nantes et le Nîmes Olympique, nous vous proposons notre traditionnelle interview d'avant match avec un supporter adverse ! Aujourd'hui, c'est Embarek qui a eu la gentillesse de nous parler de ce Nantes-Nîmes...
Elliott Bureau
29 août 2020

Pourrais-tu brièvement te présenter aux lecteurs ?

Je m’appelle Embarek, j’ai 20 ans. Nîmois de naissance et passionné de foot depuis petit, c’était pour moi une évidence de m’intéresser aux résultats du club de ma ville, même si c’était parfois compliqué car mon père n’aimait pas spécialement le foot. Ajoute à cela la situation difficile du club qui naviguait entre la L2 et le National. J’allais voir quelques matchs jusqu’à ma première saison en tant qu’abonné en 2013-2014. Le fait d’aller régulièrement au stade, de vibrer, de vivre des émotions m’a fait définitivement tombé amoureux du NO. J’étais d’abord en latéral avant de basculer en pesage à partir de 2015-2016, la fameuse année des -8 points. La plus marquante que j’ai vécue. Premier déplacement en 2015 à Avignon. C’était incroyable et ça m’a donné envie d’aller représenter ma ville, mon club là où je pouvais. J’en fais quand j'en ai l’occasion et c’est toujours un régal. Le nombre est pour l’instant bloqué à seize. Nantes est d’ailleurs un des déplacements qui m'attire le plus parmi ceux que je n’ai pas encore fais.

 

Comment s’est passée la pré-saison de Nîmes, quel regard portes-tu dessus ? 

La pré-saison a été assez agitée avec le départ peu surprenant de Bernard Blaquart, coach de l’équipe depuis fin 2015. C’est un coach qui restera à jamais dans l’histoire du club pour ses prouesses, ses exploits, les joueurs qu’il a fait éclore. Il a donné du bonheur et surtout la fierté d’être nîmois avec notamment le retour en Ligue 1, vingt-cinq ans après. Jérôme Arpinon, son adjoint, prend la suite et cela me paraît être une bonne chose. C’est un pur nîmois et c’est dans la continuité de ce que fait le club depuis l’ère Blaquart. Certains sont réticents par rapport à lui mais moi j’attends de voir et veux prôner le positif.

Au niveau des matchs amicaux nous n’avons pas brillé, aucune victoire mais le plus important reste la compétition. J’attends cette saison avec impatience aussi par rapport au mercato malin et intelligent qu’à réalisé le club. Meling a déjà beaucoup montré contre Brest, Cubas qui vient de Talleres en Argentine semble être un joueur qui peut nous apporter. Sans oublier Benrahou que le club a eu pour à peine 1,5 million. On attend de lui qu’il porte l’équipe de par sa vision du jeu et sa technique.

 

Qu’attends-tu de Nîmes cette année, quel est l’objectif ?

J’attends beaucoup de cette année car je pense que l’équipe a du potentiel et que le mercato n’est pas terminé. On a une équipe équilibrée, bien plus que l’année dernière. L’objectif principal est évidemment le maintien, mais j’espère qu’on l’obtiendra plus facilement cette saison et qu’on proposera quelque chose de cohérent, du jeu, de la percussion, et beaucoup d’envie comme on sait en avoir. Ça devrait nous donner une saison sympathique. Mais cette saison sera énormément bizarre pour moi tant que l’on ne retrouvera pas le football que l'on aime avec des stades pleins, des gens qui vivent le match dans un kop, unis derrière leur équipe a chanter et à se déplacer partout en France pour cette dernière, etc. Malheureusement la COVID ne nous permet rien de tout ça pour le moment.. et ça risque de durer.

 

La dernière fois que les deux clubs se sont affrontés à la Beaujoire, les nîmois perdaient 2-0 à la mi-temps mais sont parvenu à remonter puis à s’imposer 4-2. Quel souvenir gardes-tu de ce match ?

Quel souvenir... à la fois horrible pour moi et incroyable quand je pense au scénario. Horrible car je devais découvrir la Beaujoire ce jour-là, tout était prévu pour le déplacement. J’avais mes billets de train et quelques jours avant la rencontre le match est déplacé du samedi (20 h) au dimanche à 15 h. J'avais mon train retour pile au moment du match. Avoir déplacé ce match pour une manifestation de gilets jaunes c’était la solution de facilité. Le mouvement avait largement perdu en quantité, peu de personnes se mobilisaient, c’était n’importe quoi. De plus le match s’ouvrait avec l’hommage à Sala, un moment fabuleux et si émouvant que j’aurais aussi voulu vivre ce moment particulier. Et le match... ce scénario est clairement fou. On fait une des pires mi-temps de notre saison, j’étais fou devant ma télé puis en deuxième mi-temps, c’était une autre équipe sur le terrain. Là on a reconnu Nîmes et ils nous ont régalés. La folie sur chaque but dont le bijou de Bobichon. Je suis passé par toutes les émotions ce jour-là, c’était magnifique.

 

Quel regard - forcément un peu lointain - portes-tu sur le FC Nantes ?

Nantes est un club historique, un beau stade, une belle ambiance. Y’a tout ou presque pour voir Nantes enthousiasmer les foules et être ambitieux. Malheureusement pour vous ça ne suit pas forcément mais cette saison Nantes peut réaliser des choses intéressantes si le collectif est soudé et vise le même objectif avec un entraîneur comme Gourcuff qui est bon, qui est connu pour bien faire jouer ses équipes. Nantes a aussi des individualités très intéressantes qui ont des qualités indéniables et le club arrive à faire des bons coups comme Blas l’an passée, Simon, ou encore Castelletto qui arrive gratuit cet été.

 

Ton meilleur / pire souvenir face à Nantes ?

Le meilleur je l’ai expliqué précédemment de manière assez détaillée. Ce Nantes-Nîmes de mars 2018 était complètement dingue, un retournement de situation improbable. Même si la tristesse de ne pas être présent était immense, sur le moment j’ai juste vécu ça comme un passionné devant ma télé et c’était vraiment fou.

Le pire... le mot est fort mais le dernier Nîmes-Nantes était dur à encaisser. On perd 0-1 sur un but de Blas. Le plus frustrant n'était pas le fait de perdre contre Nantes mais le contexte général et ce que dégageait le groupe, le club. On arrivait à rien, on avait de l’espoir mais chaque match nous décevait et nous faisait prendre compte qu’on avait de grandes chances de descendre. C’était une période très compliquée, comme quasiment toute la première partie de saison 2019-2020 et le match avait eu lieu mi-décembre presque à mi-championnat.

 

Quels seront pour toi les joueurs à suivre dimanche (des deux côtés) ?

Du côté de Nantes, les joueurs à suivre seront d’abord Louza, un joueur percutant, technique à fort potentiel. Il me semble que l’entraîneur compte beaucoup sur lui, il faudra faire très attention. Ensuite Blas, je ne sais pas s’il sera titulaire mais j’aime énormément ce joueur depuis qu’il joue à Guingamp, j’aime sa technique, sa vision du jeu donc il faudra se méfier. Et puis le très virevoltant Simon, il a fait partie des meilleurs joueurs de l’équipe l’an dernier et il est capable de faire beaucoup de mal à notre défense avec sa vitesse et sa puissance.

À Nîmes, Meling sera le joueur à suivre. Cette trouvaille de notre directeur sportif Reda Hammache a déjà convaincu tout le monde ici. Très offensif, il a marqué et délivré une passe décisive contre Brest. Ensuite Moussa Kone, arrivé l’hiver dernier il est souvent utilisé en tant que supersub (trois fois buteur en entrant en jeu depuis son arrivé, à Nice, contre Angers et la semaine dernière contre Brest). Il fait mal à la défense adverse et est extrêmement adroit devant le but. Et le meneur de jeu Benrahou, il faudra attentivement le suivre. Il devrait avoir à cœur de faire un gros match lui qu’on a pas beaucoup vu contre Brest, capable de casser les lignes, de faire des différences balles au pied et de très bien tirer les coups de pied arrêté.

 

Comment sens-tu le match et quel est ton pronostic ?

Nîmes est en confiance après le carton contre Brest alors que Nantes est dans le doute et voudra se rassurer. Je sens bien Nîmes capable de faire un coup. Je ne pense pas que l'on perdra à Nantes, je dirais match nul, 1-1.