FCN - MHSC : Un sauveur nommé Touré
FCN - MHSC : Un sauveur nommé Touré
L'équipe Première
FCN - MHSC : Un sauveur nommé Touré
Une semaine après son premier succès de la saison à Amiens, le FC Nantes remettait le couvert hier soir au Stade de la Beaujoire. La tâche ne s’annonçait pas simple avec la réception du Montpellier HSC, récent tombeur de l’Olympique Lyonnais. Une rencontre placée sous haute tension entre les deux clubs de cœur de Michel Der Zakarian, possédant le même nombre de points au coup d’envoi, et pouvant tout deux réaliser une belle remontée au classement en cas de victoire.
Elliott Bureau
01 septembre 2019

9 Mois. La Beaujoire n’avait plus connu les joies des matchs du samedi 20h depuis le 24 novembre dernier et la réception d’Angers (1-1). Un retour du Stade Louis Fonteneau dans le multiplex de BeIN Sport qui ne pouvait se fêter que par un succès hier soir. Pourtant, difficile de donner un favori au coup d’envoi tant la confrontation entre nantais et montpelliérains s’annonçait serrée. Sur des terres ligériennes qui leurs sont historiquement difficiles – seulement 3 succès du MHSC en 25 rencontres – les héraultais devaient également jouer avec la fatigue accumulée lors du match contre Lyon 4 jours auparavant. Côté terrain, pas d’absents de marque pour Michel Der Zakarian hormis Téji Savanier blessé depuis le début de saison. Au contraire, plus de difficultés pour Christian Gourcuff, contraint de composer sans son capitaine Valentin Rongier, parti au bras de fer avec Waldemar Kita pour forcer son départ vers l’Olympique de Marseille. Suppléant depuis la saison précédente, c’est donc Abdoulaye Touré, l’enfant de Malakoff, qui s’est vu remettre le brassard. L’absence de Rongier a permis à Imran Louza de se ré-axer à son poste de prédilection de numéro 10, laissant ainsi la place à Moses Simon sur l’aile gauche. Pas de changements majeurs par rapport au déplacement à Amiens en dehors de l’apparition du nigérian dans le 11.

 

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la première période a parfaitement répondu aux attentes placées en elles. Bien organisés dans leur 5-3-2 maison, les montpelliérains ont globalement tenu le ballon face à des nantais dominateurs sans pour autant se montrer dangereux. Un véritable round d’observation de 45 minutes au sein duquel nous n’avons pas eu grand-chose à nous mettre sous la dent, hormis une reprise de volée de Girotto puis une lourde frappe d’Aboulaye Touré à la suite d’un bel enchaînement de Bamba. Un premier acte équilibré au sein duquel les jaunes-et-verts ont été intéressants sur la lancée de leur bonne prestation au Stade de la Licorne. Individuellement, Mehdi Abeïd s’est particulièrement bien illustré dans l’entrejeu, récupérant de précieux ballons tandis Moses Simon et Abdoul-Kader Bamba ont, à l’image de leur match à Amiens, apporté satisfaction sur leurs côtés respectifs. Prometteur en vue d’une seconde période où les montpelliérains vont petit à petit ressentir la fatigue accumulée lors de leur match en semaine.

 

Au retour des vestiaires, la rencontre a totalement changé de physionomie. Fini de s’observer, et place à une confrontation beaucoup plus débridée à partir de l’heure de jeu. Toutefois, force est de constater que malgré quelques mouvements intéressants, difficile pour les montpelliérains de parvenir à inquiéter un Alban Lafont particulièrement serein hier soir. Au fil des minutes, les nantais ont logiquement pris l’ascendant physique face à des héraultais émoussés. Et au final, ce qui devait arriver arriva ! Au terme d’un énième rush, l’intenable Moses Simon est parvenu à trouver Abdoulaye Touré à l’entrée de la surface. Dans une position qu’il adore, le franco-guinéen s’est facilement joué de Daniel Congré d’une feinte de frappe ravageuse avant d’ouvrir son pied et d’aller chercher le petit filet de la cage de Geronimo Rulli. Il n’en fallait pas plus pour faire exploser le Stade de la Beaujoire. C’est bien le capitaine du soir, un temps annoncé sur le départ pour l’Allemagne qui offre à son public ce qui a tout du but de la victoire. Car oui, la statistique est sans équivoque, à chaque fois qu’Abdoulaye Touré marque, c’est à Nantes… et à chaque fois, le FCN l’emporte. Bien trop usés pour riposter, les hommes de Michel Der Zakarian ont continué de reculer en fin de match et ne sont pas passés loin de la punition lorsque Kalifa Coulibaly est presque parvenu à s’offrir un duel face à Rulli. Au final, pas de deuxième but, mais un deuxième succès pour un FC Nantes qui remonte la pente avant la trêve internationale.

 

Après quatre matchs de championnat, le bilan est positif pour les hommes de Christian Gourcuff. Malgré un calendrier difficile avec des confrontations contre des équipes habituées du Top 8 (Lille, Marseille, Montpellier), les jaunes-et-verts ont réussi à produire un jeu bien plus plaisant que les années précédentes et à glaner 7 points sur 12 possible. Au classement, en attendant les matchs de ce dimanche, le FC Nantes est 5e ex-aequo avec l’Olympique Lyonnais et pointe à 2 longueurs du Paris Saint-Germain. Un contexte parfait pour le nouveau coach nantais qui bénéficie désormais de 2 semaines pour peaufiner son approche tactique en vue de la prochaine rencontre de championnat contre Reims à la Beaujoire. Messieurs, on en redemande !

 

Photo par Gérald Mounard (@GeraldZeWest) pour La Maison Jaune