FCGB - FCN, J-1 : Interview d'un supporter bordelais
FCGB - FCN, J-1 : Interview d'un supporter bordelais
Œil du Supporter
FCGB - FCN, J-1 : Interview d'un supporter bordelais
C'est déjà reparti ! 4 jours après leur succès 8-0 contre le Paris FC, les hommes de Christian Gourcuff reprennent du service ce dimanche. Au Matmut Atlantique, c'est l'historique rival bordelais qui se présentera devant les jaunes-et-verts. Après deux défaites de suite en Ligue 1, il sera obligatoire de revenir de Gironde avec quelque chose. À la veille de ce classique du championnat de France, nous vous proposons notre traditionnelle interview d'avant match avec un supporter adverse !
Elliott Bureau
02 novembre 2019

Pourrais-tu brièvement te présenter aux lecteurs ?

Salut. Je réponds au surnom de Gigg’s et j’ai 22 ans. Dans la vie, je fais des blagues sur Internet et je passe le reste de mon temps à vouer un culte aux brunes bronzées ainsi qu’à Josh Maja. Voilà, l’essentiel est là. Je pourrai te raconter comment j’ai été le seul survivant d’une portée de trois enfants ou encore combien il m’est difficile d’oublier mon ex mais franchement, tout le monde s’en badigeonne le nombril avec le pinceau de l’indifférence. Ah oui, je supporte les Girondins (dans tous les sens du terme) depuis 2005, date à laquelle j’ai participé à un stage estival « CapGirondins ». Je suis tombé éperdument amoureux du club au scapulaire durant mon séjour à Bordeaux (je suis originaire de Grenoble) et puisque je suis un homme fidèle en amour, la flamme ne m’a plus quittée.

 

Quel est ton avis sur le début de saison des Girondins ?

Je trouve que sportivement, le club va dans le bon sens en ce début de saison. S’il y avait quelque chose à redire, ce serait sur tout ce qui se trame au niveau extrasportif actuellement au club. Je vais me concentrer sur le positif donc le terrain. L’équipe continue de se reconstruire et de grandir, sous la houlette du bel homme qu’est Paulo Sousa. Sa méthode et sa philosophie de jeu nécessitent du temps mais l’évolution est prometteuse. Les joueurs, les nombreux jeunes notamment, assimilent peu à peu le système et les principes de jeu, les résultats sont corrects. Si je devais résumer le début de saison des Girondins en un mot, ce serait : encourageant.

 

Quels sont les objectifs de Bordeaux, et qu’est-ce qui serait pour toi une saison réussie ?

Cette question est un peu traître tant la Ligue 1 est homogène et le club instable. Il ne faut pas omettre le fait que Bordeaux est passé sous pavillon américain avec GACP et que cela amène son lot d’incertitudes, à moyen et long terme. Personnellement, je ne me formalise pas trop sur les résultats et le classement. Je n’ai pas d’attentes particulières même si je suis convaincu que cette équipe peut se situer entre la 4ème et la 8ème place. J’accorde davantage d’importance au processus mis en place par Paulo Sousa. Dans le jeu, il y a du progrès, une identité s’affirme avec ce système hybride quasi unique en France. Et ça, c’est plaisant. Le groupe est très jeune, il manque donc parfois de régularité, de maturité ou de lucidité mais il suscite aussi pas mal d’enthousiasme. Si on continue à progresser dans le jeu et que nos joueurs se développent convenablement, ce sera selon moi une saison réussie. Bordeaux vient de démarrer un nouveau cycle après avoir connu une triste période de flottement, l’important est d’avancer dans la bonne direction.

 

Bordeaux et Nantes sont deux rivaux historiques, qu’à tu as dire sur cette rivalité ?

Personnellement, je n’accorde pas tellement d’attention particulière à ce match. Le vrai « ennemi », c’est Marseille. C’est l’adversaire que les Bordelais cochent en premier sur le calendrier. Pour le reste, disons que la rivalité FCGB/FCN demeure surtout au sein des groupes Ultras. Les Derbys bordelais ne sont pas folichons, Toulouse est presque devenu un pote de déconne qu’on aime bien battre à FIFA. Nantes, c’est quand même un peu plus sérieux mais ce n’est pas forcément un grand rendez-vous à mes yeux. Je n’ai pas d’animosité particulière à l’égard des Canaris. Je pense que ce match a plus d’importance aux yeux des supporters nantais que bordelais.

 

D’un regard certainement un peu lointain, quel regard portes-tu sur le FC Nantes ?

Ce qui me vient à l’esprit en premier lorsque je pense au FC Nantes, c’est que j’aime beaucoup le jaune. Et le vert, aussi. Visuellement, reconnaissons que ça a un certain flow. Ensuite, je pense à Kita. Quel zinzin. D’un point de vue extérieur, son management est très rigolo mais de l’intérieur, j’imagine combien ça doit être dur à vivre… Plus sérieusement, le FCN m’évoque forcément l’image d’un club historique du championnat de France, avec un stade bien sympa. Malheureusement, les grands clubs d’hier ne sont plus ceux d’aujourd’hui et Nantes, comme Bordeaux, est rentré dans le rang. Ceci étant, votre début de saison est très réussi. Il faut dire que c’est plus facile de gagner des matchs lorsque l’on a l’inventeur du football sur le banc… Défensivement, c’est costaud et un peu plus haut sur le terrain, il y a quelques bons petits joueurs comme Ludovic Blas et Samuel Moutoussamy. J’aime également beaucoup Moses Simon, une belle découverte, puis j’ai une tendresse toute particulière pour Kalifa Coulibaly car ses grandes tiges me rappellent l’illustre Cheick Diabaté. Cheick, si tu nous lis, on t’aime bordel.

 

Quel est ton meilleur – et au contraire ton pire – souvenir face au FCN ?

Mon meilleur souvenir, c’est incontestablement « Adieu Lescure ». Tous les amoureux des Girondins se sont rassemblés pour dire adieu au stade Chaban-Delmas, et la fête a été à la hauteur de l’événement ! Je tiens à adresser un gros big up aux Ultramarines pour l’organisation de cette journée mémorable car elle restera dans ma mémoire comme la plus intense de ma vie en terme d’émotions footballistiques. C’est certain, le 9 mai 2015 marque à jamais le paroxysme et l’exaltation suprême de mon sentiment d’appartenance aux Girondins. 

Le pire, c’est la défaite (0-3) à domicile en novembre 2013. Au delà du non-match des Marine & Blanc ce jour là, tout le cirque organisé par le club autour de Serge Le Lama avait donné une dimension hautement pathétique au résultat.

 

Quels seront pour toi les joueurs à suivre demain ?

Au risque de vous surprendre, je vais dire... Josh Maja ! Qui d’autre que le prince… J’espère de tout cœur qu’il sera titularisé après son but en Coupe de la Ligue cette semaine, même si j’en doute puisque l’histoire est tragique et que pour des gens comme nous, les rêves n’existent pas (ceux qui me suivent sur Twitter auront la référence). Sinon, De Préville est l’homme providentiel de Paulo Sousa et il aime s’illustrer dans les matchs qui comptent pour les supporters (OM, OL, TFC…). Côté Nantais, je me méfierai du virevoltant Moses Simon car il peut faire la différence à tout moment, tout en espérant que Koscielny prenne l’initiative de mettre Coulibaly dans sa poche.

 

Comment comptes-tu regarder ce match et quel est ton pronostic ?

Je ne bosse pas ce dimanche donc si j’ai la chance de trouver des trains Paris <> Bordeaux (la probabilité est faible puisque l’abonnement TGVMax est devenu une belle douille, coucou la SNCF), je me déplacerais au stade. Sinon, ce sera un Derby sous la couette et devant l’ordi pour moi ce week-end… Mon prono ? 2-0 pour Bordeaux ! (De Préville, Maja). 

Merci de m’avoir contacté pour échanger ces quelques mots, et merci aux lecteurs qui seront allés jusqu’au bout de ce papier. J’espère d’ailleurs que votre audience, faramineuse comme vous me l’avez décrite, m’aidera à trouver une meuf. Bon match à tous et longue vie au prince Joshua Erowoli Maja !

 

Note de la rédaction : si vous êtes une femme et que vous avez lu cet article jusqu’au bout, nous ne pouvons que vous déconseiller de discuter avec un bordelais… à vos risques et périls.