D2 féminine – Ce qu’il faut retenir
D2 féminine – Ce qu’il faut retenir
Féminines
D2 féminine – Ce qu’il faut retenir
Le calendrier de la D2 féminine est tombé, que faut-il en retenir ? Quelles sont les favorites ? Nous allons tout vous dire dans cet article.
Emilie Tissot
06 août 2020

Quels sont les onze adversaires du FCN ?

Le RC Lens

Nouveau-né dans le football féminin, le RC Lens fait son entrée dans la compétition et entend bien gravir les échelons.

Après sa fusion avec le club d’Arras, habitué de la D2 mais également de la D1 (2012 - 2015), le RC Lens a pour objectif de se structurer et vise une montée d’ici deux ou trois ans. C’est la joueuse internationale française Sarah M’Barek qui a été choisie pour entrainer cette nouvelle équipe. Ancienne sélectionneuse de Djibouti mais également ex-coach de Montpellier et Guingamp, le club s’entoure d'un grand nom pour cette entrée dans le championnat.

Côté mercato, peu de départs sont à noter et une seule arrivée : celle de Christy Gavory en provenance de Metz. Très bonne milieu de terrain, elle compte aujourd’hui 41 sélections en U16, U17, U19 et U20.

Stade Brestois 29

Après un match nul sur le terrain de la Jonelière en décembre dernier, le Stade Brestois 29, installé en D2 depuis 2016, a terminé la saison 2019-2020 à la septième place du groupe B avec 25 points.

L’objectif assumé de cette année est le top 4 avec par la suite une montée en D1 d’ici deux ou trois ans.

C’est l’entraîneur Christophe Forest, en poste depuis 2017 avec les filles et ancien entraineur adjoint de l’équipe masculine de Brest en L1 et L2, qui aura la tâche cette saison encore d’emmener les filles au plus haut niveau.  
Côté mercato, le Stade Brestois 29 a connu beaucoup de départs et d’arrivées. Le recrutement est basé sur l’expérience des joueuses habituées de la D1 et D2 comme Anne-Marie Banuta en provenance de Rodez et comptant douze buts ainsi qu'Océane Ringenbach arrivant de Saint-Malo avec neuf buts. Un apport offensif qui permettra à l’équipe de pousser dans leurs retranchements ses adversaires.

FC Metz

Habitué à osciller entre la D1 et la D2, le FC Metz a fini douzième de son groupe de D1 avec deux points la saison dernière, entraînant la descente du club en D2.

« Aucune ambition n’est annoncée sinon celle d’être compétitif » annonce l’ancienne adjointe Jessica Silva qui devient entraineure au côtés de Mickaël Maurice, ancien joueur du FC Metz. Avec ce changement, le club souhaite « créer une nouvelle dynamique sur des bases stables ».

Côté mercato, le FC Metz est en reconstruction totale de l’effectif, impulsée notamment par le changement de coach. Avec environ quinze départs pour plus d’une dizaine d’arrivées, le club a totalement remanié son effectif pour viser la remontée en D1. À noter l’arrivée de Lisa Martinez en provenance de Montpellier qui compte aujourd’hui 25 sélections en U17, U19 et U20 ainsi que celle de Candice Gherbi tout droit venue de Marseille avec 29 sélections en U16, U17, U19, U20 et U23.

RC Strasbourg Alsace

Tout comme la section féminine du FC Nantes, le RC Strasbourg Alsace a débuté au plus bas échelon en 2012. Monté en D2 cette année après le reclassement post-Covid, le club souhaite se maintenir voire potentiellement viser plus haut.

Entraîné par Serge Costa, le club a peu de départs à compter. A contrario, un gros recrutement a été fait pour une mise au niveau avec des joueuses habituées à la D2 comme Pauline Dechilly en provenance de Dijon avec un statut de joueuse de D1. Elle a par ailleurs disputé 52 matchs avec Metz et sa carrière d’internationale est impressionnante avec 31 sélections en U16, U17, U19 et U20.

VGA Saint-Maur

Club historique et grand habitué de la D2, le VGA Saint-Maur a fini neuvième de son groupe de D2 avec 20 points, une défaite à domicile contre Nantes 4-1 et un match nul à la Jonelière 3-3.

Entrainée par Augustin Akpali depuis neuf ans, le club vise sans doute le haut du classement.

Côté mercato, beaucoup d’arrivées et de départs. Avec la perte de Kenza Chapelle, partie à Fleury en D1 et moteur offensif de l’équipe, l’effectif du VGA Saint-Maur a pris un coup. Le club a basé son recrutement sur des joueuses de D2, notamment en défense, ainsi que sur des jeunes.
 

ESOF La Roche sur Yon

Ancien habitué de la D1, c’est maintenant en D2 que l’ESOF la Roche sur Yon a pris place. Avec 23 points, le club a fini huitième de son groupe de D2 la saison passée.

Celui-ci ne s’est pas particulièrement illustré dans ses derby face au FC Nantes la saison dernière avec une faible victoire à la Jonelière 0-2 et un match nul à domicile.

Cette année l’objectif est simple : faire mieux que la saison précédente, retrouver une dynamique ainsi qu'un jeu offensif mais également rebondir en D1 le plus vite possible. C’est Rachid Aït Bouqdir, en provenance d’Angers qui devra réaliser ces objectifs cette saison.
Côté mercato, le recrutement a été basé sur des joueurs de D2 ainsi que deux ex-nantaises dont la prometteuse Anne-Lise Divais

FC Vendenheim

Club historique de D1, le FC Vendenheim ne parvient pas à remonter depuis quelques saisons. Sur la saison 2019-2020, le club a fini septième du groupe B de D2 avec 19 points.

Avec comme entraîneur Nicolas Both, le club veut sans doute maintenir sa place en milieu de tableau.

Côté mercato, le club a perdu quelques titulaires. Le FC Vendenheim appuie son recrutement sur des clubs de fin de tableau en D2, soulignant une ambition mesurée pour la saison à venir. L'équipe reste compétitive et sera à surveiller pour le FCN.

LOSC Lille

Tout comme le FC Metz, le LOSC oscille entre la D1 et la D2 depuis plusieurs années. Sur la saison 2019-2020 le club a terminé troisième de son groupe de D2 avec 33 points.

Entraîné depuis la saison dernière par Rachel Saïdi, ancienne joueuse du club, et malgré des difficultés financières, le club a pour objectif le haut du tableau et pourquoi pas une montée en D1.

Côté recrutement, le LOSC se base sur des jeunes et le retour de la défenseure belge Maud Coutereels, internationale et très expérimentée. Quant aux départs, le club perd Julie Dufour et Emeline Saint-Georges qui s’en vont en D1. Les Lillois vont espérer une adaptation rapide de leurs recrues afin de combler ces départs à des postes stratégiques et ne pas ralentir leurs ambitions de montée.

US Orléans Loiret

Plus discret depuis quelques années, l’US Orléans Loiret reste un club historique du championnat. Sur la saison 2019-2020 le club à finit sixième de son groupe de D2 avec 26 points. Après une défaite à domicile face au FC Nantes 0-2 et une victoire à la Jonelière 1-3, le club s’est également imposé en coupe de France 4-3.

Entraîné depuis 2016 par Farid Kebsi, outsider dangereux de D2 et véritables rivales du FC Nantes, le club à beaucoup d’ambitions.
Côté mercato, le club compte de nombreux départs dont six titulaires et notamment Kessya Bussy, principale menace offensive qui a rejoint Reims en D1. Assimina Maoulida a, quant à elle, rejoint l’OL. Niveau recrutement, l’US Orléans Loiret a fait de bon choix avec notamment Fatoumata Baldé en provenance de Nantes, Ikram Adjabi du Havre et Sarah Chalabi arrivée de Yzeure. Le club a également conservé Meryll Wenger, plaque tournante du jeu orléanais.

US St-Malo

Installé en D2 depuis plusieurs années, l’US St-Malo a fini troisième de son groupe de D2 avec 29 points la saison dernière. L'équipe a notamment subi une lourde défaite à domicile face au FC Nantes 0-5.

Entraîné depuis 2011 par Fabrice Garin, le club vise encore le podium cette saison pour confirmer.

Côté mercato, l’US St-Malo perd quatre titulaires dont Océane Ringenbach, Samia Fikri et Yakaré Niakaté. Le recrutement a été effectué dans les clubs de D2 et de divisions inférieures. À noter que le club a conservé Pamela Babinga, attaquante percutante et performante.

AS Nancy

Ancien club historique, l’AS Nancy navigue aujourd’hui dans les divisions inférieures. Sur la saison 2019-2020 le club a fini cinquième de son groupe de D2 avec 26 points.

Entraîné depuis une saison par Maxime Vautrin, ancien gérant de la formation féminine, le club a mal vécu la Covid-19. Avec un budget grièvement touché pendant la crise, l’AS Nancy vise le maintien.

Côté mercato, plus d’une dizaine de départs sont à noter, dont sept ou huit titulaires. Le recrutement est basé sur des joueuses en provenance de divisions inférieures. Toute la dynamique du club est à reconstruire.

Les favoris

Avec un groupe aussi homogène, difficile de voir ici des favoris. Cependant le LOSC Lille, FC Nantes et le FC Metz sortent du lot et veulent voir plus haut.

L’un des premiers chocs de cette saison aura lieu le 27 septembre prochain sur le terrain de la Jonelière. Le FC Nantes accueillera le FC Metz. Elles y seront ensuite conviées le 7 février.

Nos joueuses se rendront à Lille à l’occasion de la 8ème journée de championnat (le 8 novembre) et accueilleront les Lilloises le 4 avril 2021.

Deux dernières dates à retenir : les derbys face à la Roche sur Yon qui auront lieu les 15 novembre et 18 avril, avec l'espoir que ces derniers soient plus aboutis que ceux de la saison passée.

Le Groupe B

Si le groupe A promet de belle surprises, il en va de même du groupe B.

Avec trois promus dans ce groupe contre un seul dans celui du FC Nantes, les enjeux seront bien différents.

Saint-Etienne reste néanmoins grand favoris du groupe suivi d’assez loin par Marseille et son remaniement d’effectif ainsi que Nice avec un projet qui devrait rapidement prendre forme.