Belle victoire pour de solides Nantaises face à Orléans
Belle victoire pour de solides Nantaises face à Orléans
Féminines
Belle victoire pour de solides Nantaises face à Orléans
Malgré un vent violent et une belle opposition, les joueuses de Tanguy Fétiveau ont su se montrer efficaces en première période afin de reprendre leur marche en avant en championnat. A la suite de leur décevante défaite à domicile face à Montauban il y a deux semaines, une réaction était attendue. Celle-ci est arrivée, et de belle manière. Les meneuses expérimentées de l’effectif ont su donner le bon exemple afin d’aller chercher ce succès important.
Fabrice Harcouet
14 octobre 2019

Dans le Loiret, les conditions de jeu n’étaient pas simples en ce dimanche après-midi. 26 degrés et un vent soutenu, susceptible de perturber les joueuses des deux camps. Deux règles à respecter dans les circonstances : Jouer au sol le plus possible, et aucune prise de risque non nécessaire dans l’aspect défensif.
Cette affiche de la cinquième journée de D2F dans le groupe A face à l’US Orléans s’annonçait donc comme un beau défi pour les Jaunes et Vertes.
Les deux équipes étaient en quête de rebond après s’être inclinées lors de la journée précédente. L’occasion était donc parfaite pour juger de la capacité de réaction des deux formations.
La première constatation déjà est que le staff est revenu à une formation de départ un peu plus expérimentée et moins expérimentale. A l’exception de la première présence à ce niveau de la toute récente sélectionnée U16, Hillary Diaz, alignée au poste de latérale gauche.


Composition en première mi-temps : 4-2-3-1
Carré
Lhotelier, Messager, Micheneau, Diaz
Arragon-Pervier (cap.), Gathrat
Baldé, Peneau, Goutard
Guillard


Dès le début du match, on assiste à une opposition de style. Possession et circulation de balle en direction des côtés pour les joueuses du coach Farid Kebsi. Jeu direct et projections rapides vers l’avant pour les partenaires de Leïla Peneau.
A la neuvième minute de jeu, à la suite d’un corner parfaitement tiré et d’un marquage assez léger de la défense orléanaise, Anaïs Messager, d’une jolie reprise de la tête en lucarne, inscrit le premier but de la rencontre.
Pas vraiment mérité, mais parfaitement efficace !
Cette ouverture du score ne change en rien la physionomie de la partie, et Orléans continue d’essayer de créer des décalages, notamment en jouant dans le dos de la jeune Hillary Diaz. Elles y parviennent un peu, obtiennent quelques corners et se créent quelques situations. Mais rien de réellement très dangereux.
Mélodie Carré commande bien sa défense, et celle-ci se montre solide, notamment l’axe central qui prend souvent l’avantage dans le domaine aérien et coupe bien les trajectoires de passes.
Peu avant la demi-heure de jeu, Marine Arragon-Pervier, touchée précédemment à la cheville, se trouve à la conclusion d’une contre-attaque rondement menée. Perte de balle orléanaise, récupération haute, superbe décalage vers la droite de Leïla Peneau, et frappe magnifique de la capitaine, prise un peu de l’extérieur du pied droit, qui termine sa course dans la lucarne. Létal…
2-0 pour les visiteuses.
Ce sera aussi le score à la mi-temps.   
Les Orléanaises ont beaucoup de qualités au milieu de terrain et en attaque, mais défensivement, c’est plus difficile, notamment dans la relance. Elles paient au prix cher ces errements récurrents.


Composition en deuxième mi-temps : 4-2-3-1
Carré
Lhotelier, Messager, Micheneau, Diaz (Louis-Joseph)
Arragon-Pervier (cap.) (Le Moguedec), Gathrat
Baldé, Peneau, Goutard
Guillard (Béché)

Pas de changement à la pause côté nantais, mais le jeu s’équilibre dans la possession du ballon. Juliane Gathrat et ses coéquipières font preuve d’un peu plus de maîtrise technique et jouent un peu plus haut. Le ballon circule mieux et tout le milieu de terrain est beaucoup plus visible. Les séquences de jeu fatiguent les Orléanaises et créent quelques situations dangereuses, notamment un beau débordement côté droit de Baldé pour la reprise finalement contrée de Gathrat.
Rentrée précédemment à la place de Marine Arragon-Pervier, probablement ménagée, Anaële Le Moguedec accélère sur le côté gauche, et se fait faucher par la gardienne d’Orléans, Anaïs Hatchi. L’arbitre sort un carton rouge sévère, et les joueuses du Loiret se retrouvent à dix à vingt minutes du terme de la rencontre.
Malgré cela, elles sont combatives et parviennent à se créer deux belles occasions en contre-attaque. Mélodie Carré effectue d’ailleurs un bel arrêt sur une frappe de Kenza Abidi.
A la suite de ces deux alertes, les Jaunes et Vertes resserrent un peu le jeu, et profitent de leur avantage numérique. Plusieurs occasions animeront la fin de rencontre, mais un manque d’efficacité empêchera le score de gonfler.
Amandine Béché par deux fois, Juliane Gathrat et Leïla Peneau seront en effet très proches d’inscrire un but supplémentaire, mais finalement, le score restera inchangé.
Victoire 2 à 0 en terre orléanaise.

Une belle réaction de toute l’équipe, staff compris, et une vraie force de caractère pour s’adapter à des conditions de jeu pas évidentes.
Les meneuses de l’équipe ont donné l’exemple à suivre dans un match qui était déjà important.
Des progrès ont été accomplis dans la notion de bloc compact, mais il ne faut pas oublier que l’ouverture rapide du score a permis d’installer un plan de match plus facile à suivre.
L’objectif maintenant est d’enclencher une nouvelle série positive, à commencer par la réception de La Roche-sur-Yon ESOF le dimanche 20 octobre à 15h à la Jonelière.


Les joueuses à retenir
Difficile de ressortir des individualités à la suite d’un match où le collectif a primé et où les performances ont été assez homogènes.
Malgré tout, il est évident de constater que le retour de Mélodie Carré, passée capitaine après la sortie de Marine Arragon-Pervier, a fait un bien énorme.
Raphaëlle Odet, alignée à sa place face à Montauban, avait effectué un match très prometteur. Seulement, et c’est bien logique, elle n’a pas encore l’aura et l’expérience de la titulaire habituelle du poste. Celle-ci est très importante pour son équipe, tant par sa présence rassurante que par sa performance pure de gardienne de but.
Elle parle beaucoup à sa défense, gère le placement et les différentes compensations à effectuer. Toujours active et combative, c’est un exemple, car son attitude oblige chacune de ses partenaires à augmenter leur niveau d’exigence.
Hillary Diaz, pour sa première, a quelquefois été prise dans son dos. Mais, en dehors de cet aspect qui peut se travailler à l’entraînement, elle a fait preuve d’une prestance assez impressionnante pour son âge. Assez puissante, elle a montré de belles qualités dans la relance.
Amandine Béché a joué une quinzaine de minutes après avoir pris la place de Claire Guillard. Même si elle a pris un carton jaune évitable, elle a été très intéressante à un poste, celui d’avant-centre, qui n’est pas le sien. Rapide, dynamique et audacieuse, elle a proposé un registre complètement différent de celui de l'inamovible titulaire du poste. L’ancienne Guingampaise a amené de la profondeur et de la verticalité à un jeu collectif qui en manque parfois.
Certes, elle a profité de l’avantage numérique des Nantaises, mais la numéro 12 peut devenir une solution pertinente dans ce rôle d'attaquante de pointe. A revoir.


Les scores des autres matches du groupe A
Saint-Malo – Bergerac : 8-1
Brest – Rodez : 2-1
Montauban – La Roche : 3-3
Albi – Toulouse : 1-1
Issy – Saint-Maur : 3-2

Les Nantaises ont douze points, et sont deuxièmes au classement du groupe A, à un point d’Issy. 

Photo par EGr