À la rencontre des supporters des féminines
À la rencontre des supporters des féminines
Féminines / Œil du Supporter
À la rencontre des supporters des féminines
La Maison Jaune part à la rencontre des supporters du FC Nantes. Aujourd'hui, je vous propose de découvrir deux d'entre eux.
Olivier Dantas Lima
31 juillet 2019

LMJ - Pouvez-vous vous présenter brièvement ?
A - Je m'appelle Aline, je suis fan de football depuis toujours, pratiquante jusqu'à la saison dernière (mes genoux n'ont plus envie de jouer, ils ont 50 ans.) Mes équipes favorites sont Liverpool FC (toujours) et le FC Nantes quand ils sont motivés.
G - Je m'appelle Gilles, j'ai 40 ans et je suis fraiseur sur commande numérique.

LMJ - Depuis quand êtes-vous supporters du FC Nantes ?
G - Mon père m'a transmis la passion du FCN au début des années 90. Nous allions tous les ans voir Nantes perdre contre l'Olympique de Marseille de Jean-Pierre Papin.
Il y a énormément de joueurs qui m'ont marqué : Frédéric Da Rocha, Marama Vahirua, Mickaël Landreau, Japhet N'Doram...
A - Je suis née à Nantes, je suis fan de longue date mais sans aller au stade souvent. Bien sûr, j'ai vécu les meilleures années du club avec passion.

LMJ - Parlons désormais des féminines du club : depuis quand vous y intéressez-vous ? 
A - Je m'y intéressais d'un œil à la création de la section. Depuis 3 ans que ma fille y joue, je les suis à 200%.
G - Moi, c'est depuis le début, au moment de la création de la section en 2014. Cette saison, je suis allé voir Nantes-Orvault en championnat et le match contre le LOSC en Coupe de France.

LMJ - Qu'est-ce qui vous a motivé à les suivre ?
G - J'attendais depuis longtemps que le FC Nantes rattrape son retard sur les autres clubs dans le football féminin. Suivre l'évolution de l'équipe et les joueuses de A à Z est super intéressant. Cela sera encore plus intéressant quand elles seront en D1 et en coupe d'Europe.

LMJ - Qu'est-ce qui pourrait vous pousser à aller voir plus souvent les matches ?
G - Un "vrai" stade, même petit, et peut-être des matches le samedi comme ce qui se fait en D1 Arkema (NDLR : nouveau naming du championnat français de première division.) Le dimanche après-midi, c'est plus compliqué de laisser ma vie de famille de côté.
A - Je suis présente chaque dimanche à la Jonelière. C'est plus compliqué pour les matches à l'extérieur sachant que je suis déjà la catégorie U18 le samedi.

LMJ - Quel est votre sentiment général sur l'équipe A ?
A - Il y a des joueuses talentueuses, une belle progression chaque saison : c'est un vrai plaisir de les voir jouer. Elles n'ont rien lâché pour obtenir leur billet pour la D2.
G - Depuis 2014, l'équipe a survolé tous ses championnats. La D2 devrait nous permettre de mieux jauger le potentiel énorme de nos filles.

LMJ - Y a-t-il une ou plusieurs joueuses qui ont retenu votre attention ?
G - Il y a Claire Guillard, arrivée l'été dernier. C'est une attaquante de niveau D1. La saison passée, elle a inscrit 25 buts en 22 matches. Il y a aussi Audrey Lhotellier (ailière droite) qui a un fort potentiel. Mais c'est surtout le collectif qui est à suivre.
A - Un milieu de terrain infatigable (Lancien, Pervier) et une ligne arrière costaude (Messager, Manceau.) Par contre, il y a sûrement moyen de mieux faire en attaque.

LMJ - Quel avis portez-vous sur les différents parcours de l'équipe la saison dernière ?
G - Comme à son habitude, l'équipe a survolé son championnat, tout comme Le Mans. La saison a été compliquée à gérer à cause des multiples reports de matches dûs notamment aux parcours en Coupe de France et en Coupe des Pays de Loire.
(NDLR : Les Nantaises ont chuté face au LOSC (ex-D1) en seizième de finale de la Coupe de France en Janvier dernier à la Jonelière. En Coupe des Pays de Loire, les Jaunes et Vertes se sont hissées jusqu'en demi-finale. Mais le coach Tanguy Fétiveau a préféré faire tourner privilégiant les barrages d'accession à la D2 pour son effectif.)

LMJ - Quelles sont vos attentes et vos espoirs pour la saison à venir ?
A - Avec toutes les nouvelles recrues, je rêve d'une attaquante, vive, rapide, petit gabarit avec le centre de gravité qui va avec. Un poison pour les défenses adverses. Et puis forcément une montée en D1. Pas de temps à perdre.
G - L'équipe s'est énormément renforcée cet été. Trop peut-être pour certaines joueuses qui vont perdre leur place, mais c'est le jeu.
Elles peuvent viser le podium de leur groupe et passer un tour de plus en Coupe de France.

LMJ - Avez-vous suivi la Coupe du Monde en juin dernier ? Qu'en avez-vous pensé ?
G - J'attendais cette Coupe du Monde parce qu'elle devrait permettre au football féminin d'exploser en France. Je l'ai suivie avec attention malgré les écarts de niveau entre les équipes.
Dommage qu'il n'y ait pas eu de match à La Beaujoire, j'y serais allé.
Les Américaines, favorites du tournoi, nous ont montré du très beau jeu. Hélas, leur ego surdimensionné les a fait chuter dans mon estime.
Vivement la prochaine Coupe du Monde avec peut-être des Nantaises sur les terrains !
A - Oui, bien sûr, j'ai regardé tous les matches télévisés. J'ai adoré l'engouement des spectateurs, le spectacle des Américaines, la ténacité des Néerlandaises, le jeu d'attaque des Suédoises... Vivement la prochaine !

LMJ - Qu'avez-vous pensé du parcours des Bleues ?
A -
 J'étais à Rennes pour le match contre le Nigéria, c'était assez décevant. J'ai beaucoup aimé Diani, mais j'aurais souhaité voir plus souvent Laurent, Cascarino... Et comme beaucoup, j'ai été déçue par Le Sommer que j'adore. Toujours pas d'étoile... et avec le niveau international qui monte...
G - L'Equipe de France m'a beaucoup déçu car elle n'a rien montré d'extraordinaire. Son jeu était trop prévisible, facile à cerner. Et un match dure 90 minutes, pas 30.

Merci à Aline et Gilles d'avoir pris le temps de répondre à nos questions.